• Menu
  • Menu

Top 20 du matériel de bivouac : tous les indispensables

Vous planifiez une sortie en forêt ? En milieu sauvage ? Vous souhaitez vous lancer dans le bushcraft ? Que ce soit pour plusieurs jours ou plusieurs semaines, que vous sachiez quand vous allez revenir ou non, il est indispensable d’être bien équipé et de penser au moindre détail.

Vous vous en doutez, votre salut dépend (en partie) de votre équipement. Pour ne rien oublier au moment du départ, une check-list s’impose ! Ainsi, il est nécessaire de recenser les équipements indispensables, pratiques et les gadgets qui peuvent vous apporter davantage de confort pour vous abriter, dormir, manger, boire ou encore faire du feu. La base ! Plusieurs paramètres doivent être pris en compte pour choisir son matériel : la polyvalence, le poids et la durabilité.

J’espère que vous êtes prêt, la liste va être longue. Mais au moins, vous serez équipé pour l’aventure ! Voici notre top 20 des équipements qui feront de votre bivouac un moment à part !

Les indispensables pour le bivouac et la survie

Choisir son équipement pour le bivouac est avant tout une histoire de préférence et de besoin. Néanmoins, voici nos 9 incontournables :

Le sac à dos

Le sac à dos robuste et efficace de 12 litres de la marque allemande Tasmanian Tiger.

Indéniablement, un bon sac à dos est indispensable ! Il vous permettra d’abriter et de transporter d’un point A à un point B une bonne partie de votre matériel. Choisir le bon sac n’est pas une mince affaire ! Ne choisissez pas le premier sac venu ni le plus esthétique. Prenez votre temps, et privilégiez un sac qui a de l’espace, qui est robuste, durable, étanche et qui ne pèse pas trop lourd. Rien que ça !

Vous avez l’embarras du choix ! Les marques Millet, Vaude ou encore Tasmanian Tiger proposent des sacs de qualité. Mais également Fjallraven et son Kaipak 38 doté de matériaux (polyester recyclé et coton organique) résistants à l’humidité et à l’usure. Vous ne voudriez pas que votre sac se brise à mi-chemin d’un voyage, n’est-ce pas ?

Le couteau de survie

Léger, lisse et puissant, telles sont les qualités des couteaux Benchmade.

Aucun outil dans votre sac à dos ne sera plus important qu’un bon couteau de bushcraft. Pourquoi est-ce essentiel ? C’est un outil puissant dont l’utilisation est multiple : la coupe, l’écorchage, la construction d’un abri, l’ouverture de certains paquets, le sciage, le découpage des bandages, la cuisine ou encore pour s’en servir d’arme. Il vous permettra également de créer, par exemple, un bâton de marche, des lances, des crochets ou encore des pièges.

Mais pas facile de s’y retrouver parmi les nombreux couteaux disponibles. Certains sont fixes, certains se replient, certains sont à double tranchant et d’autres à simple tranchant. Certains sont chers, d’autres bon marché. Tout dépend de ce que vous recherchez !

Voici quelques critères à prendre en compte : une taille entre 15 cm et 25 cm (trop petit, il ne sera pas assez polyvalent, trop grand il ne sera pas pratique à transporter), une lame en acier carbone facile à aiguiser (mais attention c’est corrosif) et un manche solide. Ainsi, si vous voulez un couteau de poche pliant ultra-léger, fiable, vous ne pouvez pas vous tromper avec un couteau Benchmade Griptilian ou un couteau Tenacious de Spyderco.

En ce qui concerne les couteaux à lame fixe, vous pouvez vous fier au couteau ESEE Model-6. La référence du bushcraft ! Le Prodigy de Gerber  utilisé par les forces armées américaines et le couteau suisse Victorinox, qui offrent un bon rapport qualité/prix n’ont pas à rougir.

Les vêtements

Les chaussures de survie Merrell Moab.

Parfois négligés lors des sorties, les vêtements (autre que les chaussures) vont avoir un gros impact sur votre confort. Ainsi, vous ne regretterez pas d’inclure les éléments suivants (à adapter, bien sûr, selon les saisons ) :

    • Un pantalon d’extérieur robuste. Oublié le jeans ! Le softshell flygaga, pratique, confortable, absorbant l’humidité et doublé polaire remplit les critères.
    • Un top léger et chaud. Une polaire légère, par exemple !
    • Un pull épais (la laine mérinos est la meilleure) comme le pull technique à capuche en laine mérinos. Il sera votre meilleur allié pour le confort et la chaleur.
  • Un t-shirt.
    • Des bases de vêtements absorbants. Woolpower propose des sous-vêtements en laine mérinos pour une meilleure absorption et isolation.
    • Un poncho de pluie ou une veste. Pour une imperméabilité et une légèreté à toute épreuve, vous pouvez opter pour la marque Gore Tex, la référence en la matière.
  • Un chapeau chaud ou de soleil.
    • Des chaussettes (au moins deux paires). Rien de pire que d’avoir les pieds humides et froids en plein milieu d’un sentier ! La marque Icebreaker devrait répondre à vos attentes.
    • Des chaussures d’extérieur légères, étanches et respirantes. Un conseil, un jeu de lacet en plus ne serait pas du luxe ! Pour résister au froid, les chaussures de survie Merrel Moab sont parfaites ainsi que les Mil-Tec Tactical YK.
  • Des gants. 

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive ! Mais avoir ses basiques sur vous ou dans son sac répondra à la plupart de vos besoins quotidiens. N’hésitez pas à jouer avec les couches de vêtements. Si vous avez trop chaud, enlevez une couche ! Si vous avez trop froid, ajoutez-en une ! S’il pleut mais qu’il fait chaud et que vous avez une veste isolante, vous allez avoir trop chaud, sans possibilité de vous rafraîchir ! Ce serait dommage d’être dans l’inconfort ! Privilégiez également les vêtements en nylon car il n’absorbe pas l’humidité et sèche rapidement, en polyester car c’est un tissu hydrophobe et enfin la laine car elle tient chaud.

Le sac de couchage

Le sac de couchage de la marque North Face.

Choisir son sac de couchage n’est jamais anodin ! Votre récupération dépend en grande partie d’une bonne nuit de sommeil, donc d’un couchage confortable.  Un choix qui repose également sur le climat. Ainsi, comme tout le reste, vous devez prendre certains points en considération. Il peut être préférable de prendre un sac de couchage synthétique. Il est plus lourd que le duvet mais il résiste mieux à l’eau et il tient davantage chaud. Néanmoins, il doit être économe en place, isotherme et imperméable ! Le plus ? Qu’il possède une capuche de serrage pour que votre tête soit à l’abri du froid.

Bien que chaque sac de couchage dispose de caractéristiques qui lui sont propres, Millet en propose selon la saison mais surtout la température (très importante). Valandré commercialise un sac 3 saisons Bloody Mary qui obtient probablement le meilleur ratio chaleur/poids. Quant à ceux qui ont tendance à gigoter la nuit, le sac de couchage synthétique Eco trail de North Face sera votre meilleur allié grâce à sa largeur au niveau des genoux. En plus, son isolation synthétique 100% recyclée vous apportera une chaleur constante même en cas d’humidité. Sympa, non ?

La couverture de survie

La couverture de survie permet de vous protéger du froid et de l’insolation.

La couverture de survie est un accessoire vital. Elle vous permettra de conserver la chaleur de votre corps (aux alentours de 37°C) afin de vous protéger de l’hypothermie ou du vent.  

Chaque face métallisée de la couverture dispose d’une fonction :

  • La face argentée réfléchit jusqu’à 90% des rayons infrarouges. 
  • La face dorée absorbe 50% de la chaleur.  

En bref, lorsque la face argentée est tournée vers l’intérieur vous vous protégez de l’hypothermie. A l’inverse, lorsque c’est la face dorée qui est tournée vers l’intérieur vous vous protégez de l’insolation ou d’une hyperthermie.

Selon vos besoins, vous pouvez emporter avec vous le Shayson, léger, il peut être plié et rangé facilement ou un sac de couchage de survie réutilisable afin d’optimiser le maintien de la chaleur.

La gourde filtrante

La gourde souple filtrante Katadyn BeFree 3,0 L.

Dans la nature, l’eau que vous trouverez n’est bien souvent pas propre. Elle est souvent pleine de bactéries, de produits chimiques et de virus. Vous n’avez sûrement pas envie d’avoir des maux d’estomac ou pire… Ainsi, il est nécessaire d’éliminer les contaminants nocifs pour la rendre potable. Sans eau, les chances de survie sont limitées. Alors, comment procéder ? Il est indispensable d’avoir dans son sac de survie une gourde filtrante. La gourde souple filtrante Katadyn BeFree 3,0L fait partie de nos chouchous. Surtout si vous manquez de place ! Grâce à sa légèreté, sa facilité d’utilisation mais surtout sa capacité à se replier. La LifeStraw Go fait également partie de nos favoris en termes de rapport qualité/prix et de filtration. On peut lire dans les informations qu’elle supprime 99,9% des bactéries et autres parasites. Pas mal !

Dans le doute, pensez toujours à avoir sur vous des comprimés purificateurs d’eau Micropur. C’est rapide et efficace ! Un comprimé par litre d’eau, vous attendez 30 minutes et le tour est joué ! Vous pouvez vous désaltérer ! C’est léger, ça ne prend pas de place et ça peut toujours servir ! Par contre, votre eau aura un arrière-goût de chlore.  

La tente de survie ou la bâche

Une bâche pour s’abriter en cas de pluie.

L’abri c’est l’un des besoins élémentaires ! Certaines personnes ne veulent pas dormir sans une tente, d’autres souhaitent créer leur propre abri. Bref, à vous de choisir ! En attendant, emporter une tente ou une bâche reste le plus pratique. Ce serait dommage de s’en passer ! Cela vous permettra d’avoir un abri rapide et un lieu sec pour allumer un feu.

Comment choisir ? Votre choix dépendra forcément de vos besoins ! La tente doit être légère. N’oubliez pas que vous devrez la porter ! Elle doit également être étanche, robuste, durable, facile à installer et désinstaller. Il n’y a pas de temps à perdre ! L’idéal est d’emporter une tente 4 saisons. Elle résistera davantage aux conditions extrêmes : la neige, le vent, la pluie, les tempêtes. C’est le cas de la Mil-Tec Recom.

La bâche, quant à elle, est plus polyvalente, légère et compacte que la tente. Cependant, vous devez savoir comment vous en servir pour qu’elle vous soit utile. Veillez à ce qu’elle ait des coutures solides, des sangles de bonne qualité et de multiples points de fixation. Vous pouvez également opter pour un matériau plus épais et robuste, mais attention il sera plus lourd. L’Aqua Quest Defender Tarp, waterproof, vous gardera au sec malgré des conditions météorologiques extrêmes.

L’allume-feu

Le feu est indispensable pour survivre en pleine nature.

Vous vous en doutez sûrement, le feu est l’un des éléments les plus indispensables pour la survie. Sans feu, vous ne pouvez pas faire bouillir l’eau, cuire des aliments, rester au chaud la nuit, stériliser les outils, cautériser les plaies (on ne sait jamais) ou repousser les prédateurs qui pourraient approcher votre campement d’un peu trop près. En plus de l’aspect pratique, le feu apporte de la chaleur, de la lumière et un peu de réconfort. 

A moins que vous ne sachiez allumer un feu à partir de matériaux naturels trouvés dans les bois, vous aurez besoin de matériel. Il faut trouver des combustibles inflammables : les feuilles sèches, les mouchoirs, de l’amadou ou encore des herbes sèches. Pour une combustion plus lente, optez pour l’hêtre ou le chêne.

Mais, quelle est la façon la plus simple de faire un feu par tous les temps ? Tout simplement, les briquets, le boîtes d’allumettes étanches ou un firesteel. Le firesteel “Le campeur moderne », simple, efficace et à petit prix est conçu pour produire 10 000 gerbes d’étincelles. Néanmoins, si vous n’êtes pas à l’aise avec ce système, il existe des alternatives comme le briquet à arc électrique, idéal pour les temps de pluie et de vent, ainsi que les allumettes de survie Kry résistantes à l’eau.

Lampe torche et frontale

La lampe torche Olight S2R II permet de voir et d’être vu.

Un bon éclairage est indispensable lorsque l’on part à l’aventure, encore plus lorsque le soleil se couche. Cela permet d’éclairer, de se repérer mais également d’envoyer des SOS si le besoin s’en fait ressentir.

Le mieux est d’emporter une lampe torche ainsi qu’une lampe frontale. Cette dernière est néanmoins la plus pratique car elle vous permet une plus grande autonomie et d’avoir les mains libres.  Plusieurs critères sont à prendre en compte pour choisir sa lampe frontale :

  • Un champ d’éclairage allant de 40 à 100 lumens. Optez pour 100 lumens !
  • Les modes d’éclairage. Prenez une lampe qui dispose au moins d’un mode “économie” et un mode “intense”. Ainsi, le mode économie pourra vous être utile pour ne pas être repéré de loin et le mode intense si vous entendez du bruit en pleine nuit et souhaitez voir ce qu’il se passe.
  • L’autonomie. Elle peut varier de 2 heures à plus de 30 heures en fonction de la puissance et de la qualité. Choisissez l’autonomie maximale !

Ainsi, la Petzl Tikka ou la Petzl Actik Core vous rendront de précieux services grâce à leur puissance d’éclairage et leu résistance à l’eau.

Pour ce qui est de la lampe de poche, l’idéal est qu’elle soit compacte, légère et puissante. Vous n’avez sûrement pas envie de vous encombrer ! Si vous emmenez une batterie externe solaire, le mieux est de prendre une lampe torche à batterie car ce sont les plus puissantes. Sinon, n’oubliez pas d’emporter un set de piles de rechange. Surtout, il est préférable de prendre un lampe de poche étanche qui peut être utilisée les jours de pluie telle que l’Alone Fire G200 (400 lumens et cinq modes, pas mal non ?) ou l’Olight S2R II (1150 lumens)

Une trousse de premiers secours

Le kit de soin permet de faire face à toutes les blessures !

C’est évident, il faut l’avoir !  Vous espérez ne jamais en avoir besoin, mais comme dit l’adage vaut mieux l’avoir et ne pas en avoir besoin que d’en avoir besoin et de ne pas l’avoir. Dans la forêt ou à la montagne vous devez avoir le nécessaire pour vous soigner en cas de blessure. Ce serait dommage d’arrêter votre aventure pour une coupure qui s’infecte.

Vous pouvez la personnaliser en fonction de vos besoins médicaux. Mais, que devrait contenir une trousse de premiers soins ?

  • des gants à usage unique
  • une paire de ciseaux
  • des lingettes antiseptique
  • des bandage
  • des pansements imperméable
  • du désinfectant
  • une crème antiseptique pour les morsures, coupures ou brûlure
  • une crème hydrocortisone
  • une pince à épiler
  • des médicaments : aspirine, antidouleurs, anti-diarrhéiques, antiallergique

Si vous préférez une trousse de premiers soins toute prête, c’est possible, mais les Care plus sont davantage encombrantes. Voilà, vous êtes prêt à faire face à toutes les blessures !

Les outils pratiques pour la survie

Outre les équipements que nous venons de voir, une sortie de plusieurs jours demande d’autres accessoires et outils qui pourraient s’avérer pratiques. Ils ne sont pas essentiels, mais pourquoi s’en passer ?

La bracelet Paracorde

Le bracelet Paracorde Paraloop : l’accessoire multifonction.

Les utilisations du bracelet Paracorde sont pratiquement infinies. On peut construire des abris, réparer des équipements, des vêtements, enfiler des bâches, fabriquer un piège, un radeau, un fil de pêche ou encore faire un garrot. En effet, le bracelet se compose de paracorde, une corde en nylon légère, robuste et élastique. Cela vous permet d’avoir toujours sous la main 3 à 4 mètres de corde. Dites au revoir aux nœuds et bonjour à l’ingéniosité ! Mais avant de s’équiper de cet accessoire, pensez à maîtriser le tressage.

Il y en a pour tous les besoins et envies. Si vous souhaitez un bracelet de survie avec manille, confort et robustesse, le paraloop devrait convenir. En plus, il dispose d’un petit sifflet de survie tout comme le Gerber Bear Grylls.  Enfin, pour les milieux extrêmes, le bracelet de survie de la marque suédoise The Friendly Swede devrait vous convenir grâce à sa qualité et sa longueur.

Le réchaud

Le réchaud KampMATE WoodFlame, léger et pratique, il vous permettra de manger chaud.

Certes, le réchaud tombe dans la catégorie “pas tout à fait nécessaire”, mais cela reste tout de même pratique. Ces assistants culinaires sont petits, légers et parfaits pour réchauffer vos plats, vous préparer à manger ou simplement pour s’installer avant d’allumer un feu ou avant de lever le camp.

Le réchaud Lixada, ultraportable et inoxydable, permet d’avoir une source de carburant illimité. En effet, contrairement aux autres réchauds, vous pouvez l’alimenter grâce à des brindilles, du bois, des feuilles ou des branches ramassées le long du chemin. Même principe pour le Petromax Hobo, léger, efficace et assez résistant pour supporter votre casserole. Il saura attirer votre attention !

La popote

La popote, l’allié des repas chauds.

Si vous disposez d’un réchaud, la popote est l’accessoire qui suit. Elle vous permettra de préparer vos repas avec un minimum de confort. Dans un espace limité comme le sac à dos, il vaut mieux privilégier la légèreté (comme toujours) et la compacité. Cela permet de transporter la popote et ses ustensiles en un seul élément, avec une poignée rabattable ou amovible pour ne pas interférer avec le reste de votre équipement. Autre solution pour gagner de la place, insérer la popote dans un sac qui sera accroché avec un mousqueton à l’extérieur de votre bagage pour libérer de l’espace.

En plus de la popote vous pouvez emporter une simple tasse en acier inoxydable. Optez pour une sans peinture ni revêtement pour vous en servir pour chauffer l’eau. Bol ou assiette ? Une tasse surdimensionnée qui fera office de bol, c’est plus pratique ! N’oubliez pas que vous devez le porter !

Les rations de survie

Les rations de survie NRG-5 offrent une alimentation saine en cas de besoin.

Sans surprise, dans la nature vous allez devoir vous nourrir ! En situation de survie, votre corps a besoin de 1200 à 1500 kcal par jour. Vous pouvez vous nourrir directement grâce aux ressources que vous procure la nature, mais dans le doute il est préférable d’apporter de la nourriture pour tenir quelques jours. Ainsi, si la cueillette, la pêche ou la chasse ne suffisent pas,  vous pourrez manger des barres de céréales, des boîtes de conserve ou de la  nourriture lyophilisée. 

Pour ce qui est de la ration de survie, il y en a pour tous les goûts et les besoins. Seven Oceans de Rintalen ne demande aucune préparation et peut se consommer directement dans la boîte, les rations NRG-5 offrent une alimentation saine et équilibrée. Pas d’inquiétude, les végétariens ont aussi leur alternative, les rations Lebenskraft.

La boussole

La boussole Suunto vous permettra de garder le Nord.

Avec un peu de chance vous ne vous perdrez jamais dans les bois sans boussole ! Mais si cela devait être le cas vous serez soulagé d’en avoir une à portée de main. En plus de vous aider à avancer, elle vous aide à identifier les directions. Assurez-vous que votre boussole soit précise. N’hésitez pas à acheter une carte de votre emplacement qui indique les routes, les voies ferrées, les plans d’eau, les villes ou encore les forêts.

Mais laquelle choisir ? La boussole Suunto M-3 NH est celle des aventuriers. Un peu plus lourde mais solide et précise, la Gwhole est adaptée aux survivalistes confirmés.

La hachette survie

Fiskars propose des hachettes solides et légères.

La polyvalence est l’une des caractéristiques de la hachette de survie. Vous pouvez accomplir bon nombre des tâches les plus lourdes qu’un couteau est incapable de gérer. Cela inclut : couper du bois, façonner des bûches pour la construction d’un abri, creuser et même, pourquoi pas, fabriquer une grande cuillère en bois. Tout est permis !

Toujours dans une optique de légèreté, nous privilégions le haches de petite taille pour réduire le poids de votre sac à dos. Decathlon propose une hachette de bushcraft légère et d’une solidité à toute épreuve.  Celles de la marque Fiskar sont solides et légères.

Les objets coupants

La pince multifonction vous rendra plus autonome au milieu de la forêt.

Dans la même trempe que le couteau de survie, la scie pliante, la pelle et la pince peuvent être des alliés. Si, par exemple, vous coupez un arbre à une certaine distance de votre campement avec votre hachette, la transporter sera éprouvant. C’est là que la scie pliante entre en jeu ! Vous pouvez ainsi scier le bois et le transporter en petits morceaux. C’est beaucoup plus efficace ! En plus, il est une fois de plus nécessaire de ne pas vous alourdir. La scie pliante est légère, compacte et efficace. Parfaite pour le bivouac et le bushcraft ! C’est le meilleur compromis encombrement/utilisation. De nombreuses marques en proposent à tous les prix comme la marque Bahco, Fiskar ou aZengear.

Pour creuser la pelle pliable peut s’avérer intéressante. Mais, comment choisir au mieux la pelle qui vous convient ? Elle doit être pratique, légère (oui, encore) et maniable. Faible en poids, la pelle Fiskar pèse seulement 1 kg, la pelle Cao est ultra résistante et la pelle Renfox est maniable.

Enfin, pour compléter ce trio la pince multifonction vous permettra de réaliser des tâches de bricolage. Cela peut être également pratique pour ouvrir une boîte de conserve en pleine nature.  Une des meilleures pinces pour la survie est la pince Bibury, avec ses 18 fonctions : une pince, un coupe fil, un ouvre-boîte, un ouvre bouteille, un tournevis, et bien d’autres.

Les gadgets qui changent la vie lors d’une sortie longue

Soyons clair, les objets que nous allons évoquer maintenant peuvent être mis de côté pour partir en bivouac. Néanmoins, ils peuvent vous faciliter le quotidien ou améliorer votre sécurité. Voici quelques “gadgets” à ne pas négliger :

Le sifflet de survie

Le sifflet Geonaute de Décathlon, l’idéal pour se faire entendre.

Le sifflet de survie  permet d’attirer l’attention si jamais vous vous perdez. La communication est l’un des points à ne pas négliger en survie. Cela pourrait vous sortir de situations dangereuses. Imaginez que vous soyez blessé, en incapacité de vous déplacer ( sous un arbre, dans un gouffre, ) ou à bout de forces par manque d’eau, de nourriture ou d’énergie. Le sifflet de survie pourrait vous sauver la vie en signalant votre présence ! Pas besoin de mouvement ni d’énergie pour émettre du bruit. Bref, le sifflet de survie répondra toujours présent !

Le sifflet Geonaute de Décathlon est multifonction avec 4 outils en un : boussole, thermomètre,  loupe et bien sûr sifflet pour seulement 5€. Si vous souhaitez un sifflet capable de produire un son extrêmement fort, le sifflet de secours Holdall est l’idéal grâce à ses 120 décibels de puissance maximale. Mais, si vous comptez vous aventurer dans un milieu dangereux, privilégiez le sifflet Sunerly en acier inoxydable qui propose un puissance maximale de 150 décibels. 

Batterie externe solaire

Grâce aux batteries solaires externes, vous ne tomberez plus en rade d’électricité.

Hors de chez vous, l’accès à l’électricité est une denrée rare. Ainsi, ce n’est pas indispensable mais qu’on se le dise, même dans des conditions primitives, vous voulez sûrement recharger votre téléphone, votre GPS, votre lampe ou encore faire des photos.  Avec un chargeur nomade solaire, c’est possible ! En plus, c’est économique et écologique !

Une batterie à emporter n’importe où sans vous ruiner :  la PowerCore Essential d’Anker. Ses caractéristiques sont simples mais efficaces avec son ergonomie, sa légèreté et sa batterie de 20 000mAh. Pour une utilisation par tous les temps, la batterie solaire X-DRAGON fera davantage l’affaire. En effet, elle est waterproof, robuste et permet de charger plusieurs appareils simultanément. 

Les répulsifs anti insectes

On se passerait bien des piqûres d’insectes alors rien de tel qu’un répulsif.

Installer votre campement en pleine forêt vous oblige à être au contact d’un ensemble d’insectes, qui peuvent parfois être porteurs de maladies. Pour rappel, les moustiques tuent plus que les requins et les ours réunis. Cela fait réfléchir, n’est-ce pas ? Mais qui n’a jamais été harcelé par un moustique désireux de vous piquer et de se nourrir de votre sang. Ainsi, un spray répulsif anti-moustique sera toujours le bienvenu. En plus des moustiques, la tique et sa morsure reste le second de nos ennemis. Non seulement elle peut s’infecter, mais elle peut également être vectrice de la maladie de Lyme.

Pour éviter ces désagréments, nous ne pouvons que vous conseillez d’emporter avec vous une pince à tique Care plus et un spray répulsif anti moustiques et tiques.

Voilà, vous êtes prêts à vous lancer dans l’aventure du bivouac en toute sécurité ! Mais gardez en tête que le plus important est d’adapter son matériel à ses besoins et ses envies. Un dernier conseil, prévenez une personne de votre entourage d’où vous allez et quand vous pensez rentrer. Prudence est mère de sûreté même avec un bon équipement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *