• Menu
  • Menu

Qu’est-ce que la MUL ? Le guide ultime !

La MUL, ou marche ultra légère, est un concept souvent connu des randonneurs mais bien souvent mal compris. Nous pensons bien souvent, à tort, que la MUL consiste à emporter le moins d’équipements possible lors d’une randonnée, qu’il suffit d’avoir un sac à dos léger. Il y a bien entendu cet aspect de strict nécessaire dans le concept de la marche ultra légère, mais elle ne s’arrête pas à cela. Nous verrons que la MUL est surtout une philosophie de vie basée sur 3 principes fondateurs. Puis, afin de mieux la comprendre, nous allons aussi nous pencher sur le matériel de base à emporter et sur la manière de débuter cette expérience hors des sentiers battus. Êtes-vous prêt à tout savoir sur la MUL ?

Histoire de la marche ultra légère

La marche ultra légère, en tant que discipline de randonnée, n’existe que depuis les années 1990. Mais certains voyageurs du XIXe siècle ont déjà tenté d’appliquer ce principe durant leurs randonnées et leurs voyages. C’est le cas de John Muir, un naturaliste Écossais né en 1838, qui œuvra notamment pour la préservation d’étendues sauvages comme la vallée de Yosemite, aux États-Unis. Durant les années 1860, il aimait parcourir les montagnes des Rocheuses avec le strict minimum : une gamelle, un sac, une couverture et un piolet ! Quelques années plus tard, en 1878 plus exactement, Robert Louis Stevenson parcourait l’actuel « chemin de Stevenson » avec un âne et un livre. Durant le chemin, il conçut un sac de couchage lui-même et campa à la belle étoile afin de se rapprocher de l’essentiel. Durant les années 1990, avec le développement de l’hyper-consommation et l’avènement de la mondialisation, beaucoup de gens ont souhaité renouer avec le minimalisme et cette notion de retour à l’essentiel. Cette volonté a accouché du bushcraft, dont nous avons parlé dans le guide ultime, mais aussi de la MUL, plus axée sur le déplacement léger.

Un adepte de la marche ultra-légère

Les 3 grands principes de la MUL

La MUL telle qu’on l’entend aujourd’hui est centrée autour d’une interaction permanente entre trois facteurs : le randonneur, l’environnement dans lequel il est et le matériel qu’il emporte. Voyons ensemble à quoi ils correspondent :

  • Le randonneur : il doit rechercher à tirer le maximum de plaisir de l’expérience, en laissant de côté les objets et outils dont il n’aurait pas besoin.
  • Le matériel : il doit correspondre aux besoins du randonneur mais aussi à l’environnement dans lequel il se situe. Le matériel emporté dans les régions chaudes sera alors très différent de celui emporté dans les régions froides et ainsi de suite.
  • L’environnement : il doit être observé et compris afin d’adapter le matériel aux difficultés de chaque environnement. Les difficultés de la montagne vont différer de celles rencontrées en forêt. Les lieux de bivouac ou les risques météorologiques seront alors différents et le matériel pour y répondre devra lui aussi varier.

Ces trois critères interconnectés les uns aux autres seront toujours au cœur d’un projet de marche ultra légère. Ils constituent même l’essence de cette expérience.

Une philosophie de vie

La MUL est donc bien plus qu’une discipline annexe de la randonnée. Elle est à voir comme une philosophie de vie qui nous mène à nous questionner sur nos besoins du moment, sur la notion d’utilité d’un objet que l’on possède et même sur la notion de liberté. En nous obligeant à nous adapter à notre environnement immédiat, elle met notre inventivité et notre confiance en nous-mêmes au défi. La marche ultra légère devient donc, à force de pratique, le vecteur de découverte de son moi profond et de l’épanouissement personnel. Alors qu’elle peut tout à fait se pratiquer à plusieurs, elle est avant tout une démarche personnelle visant à trouver ses propres besoins. C’est pourquoi chaque randonneur n’aura pas les mêmes objets dans son sac à dos ni les mêmes équipements.

3 étapes pour débuter la MUL

Débuter la MUL peut se révéler difficile. On hésite souvent à se lancer et on est vite effrayé à l’idée de manquer de tout. Alors, les premières randonnées légères nous voient toujours embarquer 10 fois trop d’objets ! Au lieu de peser une dizaine de kilogrammes, notre sac à dos en pèse le double et la randonnée sensée être ultra légère devient vite un calvaire. Heureusement, il existe trois étapes-clés à mettre en pratique avant de se lancer dans la marche ultra légère. Ces 3 étapes vous permettront de faire le tri entre les affaires indispensables et celles à laisser chez vous, tout en sachant sélectionner les objets les moins lourds. Voici comment procéder :

  • faire une liste de l’équipement que l’on juge nécessaire : comme nous l’avons vu précédemment, choisissez en fonction de vos besoins mais surtout pour répondre aux problématiques de l’environnement dans lequel vous serez.
  • peser chaque objet et tenter de trouver le même en moins lourd. Pour gagner en légèreté mais ne rien perdre en utilité, visez des objets ou des outils polyvalents, autrement dit qui cumulent plusieurs fonctions.
  • pesez la totalité de votre équipement : sac à dos et outils compris. L’idéal se situe aux alentours de 12 kgs de matériel pour débuter tranquillement, bien que les randonneurs habitués à la MUL arrivent à faire tenir le tout en 6 kgs !

Le choix des 4 objets essentiels

En ce qui concerne la nourriture, il est possible d’emporter des portions lyophilisées dans votre sac à dos. Cela vous fera gagner du poids et vous donnera surtout la possibilité d’être autonome quelques jours. N’hésitez pas à jeter un œil à nos articles comment faire du feu en survie et tout savoir sur le firesteel, qui vous seront très utiles dans le cadre de la MUL. Avec les pailles Lifestraw, vous serez même totalement autonome en eau potable ! Mais il existe surtout 4 objets ou équipements indispensables dont vous devrez vous munir lors de votre marche ultra légère : la tente, le sac à dos de randonnée, un matelas et un sac de couchage. Voyons comment choisir l’équipement le plus utile et le plus léger possible !

Le sac à dos de randonnée

Le sac à dos pour la marche ultra légère doit être volumineux pour emporter toutes vos petites affaires sans être pour autant trop lourd. Il doit également rester résistant et supporter d’éventuels accrochages ou des chutes. Comme le but est de rester léger, il faut éviter les sacs à dos de plus de 60 litres qui pèsent généralement aux alentours de 2 kgs ou 2,5 kgs à vide. C’est déjà trop ! Plusieurs marques, dont WILSA et Highlander, proposent des sacs à dos allant jusqu’à 55 litres pour moins d’1 kilogramme. Cliquez ici pour savoir choisir votre sac à dos ultra-léger !

La tente

Comme nous l’avions vu dans notre article traitant du bushcraft, les hamacs peuvent être une vraie solution pour dormir en pleine nature. Certains modèles comportent une moustiquaire et protègent de la pluie grâce à l’ajout d’un tarp. Mais, pour la MUL, ils représentent surtout un poids supplémentaire peu adapté aux mouvements incessants. Pour la marche ultra légère, il est conseillé d’acheter une tente légère, comme par exemple la célèbre MSR Hubba NX.

Figure 1 : la tente MSR Hubba Hubba NX est disponible en version 1 à 4 places et pèse entre 1,2 kgs et 2,5 kgs selon le modèle

Cette tente est la plus réputée du monde pour les randonnées de plusieurs jours et la MUL. Elle se monte en moins de 10 minutes et existe en version monoplace, biplace ou quadriplace. Elle ne pèse que 1,2 kgs en version 1 place et vous permettra de rester à l’abri en toutes saisons !

Le matelas

Le fait d’emporter un matelas peut paraitre superflu, pourtant il devient rapidement indispensable. Il vous évitera un mal de dos terrible le lendemain au réveil, alors que vous avez monté votre tente sur un sol rocailleux ! Il permet aussi d’apporter une couche d’étanchéité afin de ne pas ressentir le froid et l’humidité du sol durant la nuit. Là encore, c’est à vous de trouver le matelas qui correspond à vos critères de confort mais qui sera aussi léger que possible. Vous avez alors le choix entre les très bons matelas en mousse, comme savent les fabriquer des marques comme Thermarest, ou alors les nouveaux matelas autogonflants. Plus épais, ces derniers sont aussi légèrement plus lourds que les modèles mousse. Dans tous les cas, vous pourrez compter sur un matelas de moins d’1 kilogramme.

Figure 2 : matelas en mousse pliant Thermarest Z-Lite
Figure 3 : matelas autogonflant de la marque Sea to Summit

Le sac de couchage

En été comme en hiver, le sac de couchage sera indispensable. Bien souvent, il comporte plusieurs inconvénients : trop encombrant pour les uns, difficile à rouler pour les autres, il est parfois considéré comme trop lourd pour la MUL. Pourtant, des sacs de couchage hiver signés Thermarest ou Sea to Summit pèsent moins d’1 kg pour une température de confort négative.

Figure 4 : le sac de couchage Sea to Summit Spark SP IV a une température de confort de -8°C et ne pèse que 880g

Pour l’été, c’est encore plus simple, le sac de couchage Sea to Summit Spark SP 0 ne pèse que 225g pour une température de confort de 14°C. Quelque soit l’environnement dans lequel vous allez évoluer, il est possible d’emporter un matériel optimisé pour la MUL : il mêle légèreté, utilité et résistance.

La nécessaire évolution durant l’expérience

Durant une marche ultra légère, ne craignez pas les changements de matériel ou l’adaptation continue à laquelle vous serez confronté. Le matériel changera très certainement en cours de route car on se débarrasse vite des objets dont on ne se sert jamais. Vous allez rapidement vous rendre compte de tout le superflu que vous aviez mis sur votre liste de départ. Parfois, ce sera même le contraire : d’autres outils ou objets que l’on pensait inutiles feront leur apparition en fonction de l’environnement immédiat et de vos besoins. Vous serez alors amené à créer de toutes pièces un bâton de marche car vous en ressentez le besoin ou vous vous mettrez à vous nourrir de ce que vous trouverez en chemin. La notion de « Do it yourself » est alors très importante pour cette expérience de MUL. Au fil des jours, vous vous retrouverez confronté à vous-même, à vos besoins les plus élémentaires, à vos forces mais aussi vos faiblesses.

Conclusion

La marche ultra légère, ou MUL, n’est pas qu’une pratique de la randonnée parmi d’autres. Elle vous permet de retourner à l’essentiel sur le plan matériel en n’emportant que le strict minimum. La MUL est d’ailleurs une interaction permanente entre le randonneur, l’environnement immédiat et le matériel à sa disposition. En cela, elle se rapproche de la philosophie du bushcraft, sauf que la MUL se vit de façon nomade en changeant de lieu de repos en permanence. En vous déplaçant plus simplement, vous vivrez une expérience unique qui vous mènera à la rencontre de vous-même. Prêt à tenter la marche ultra légère ?

La FAQ de la MUL

🥾Qu'est-ce qu'on considère être un équipement ultra-léger ?

Bien qu'il n'y ait pas vraiment de règle générale ou stricte, nous pouvons dégagr des tendances. Par exemple, vous êtes généralement considéré comme un randonneur ultraléger si le poids de base de votre équipement est inférieur à 4,5 kg et comme un randonneur léger si votre poids de base est inférieur à 9 kg. La plupart des randonneurs traditionnels ont un poids de base inférieur à 13 kg.

🥾Que faut-il éviter d'apporter pour la marche ultra-légère ?

N'apportez pas trop d'appareils électroniques, tout ce que dont vous pourriez avoir besoin « au cas où », trop de nourriture ou trop de vêtements. Le type d'équipement que vous emportez dépend du lieu et du moment où se déroule votre randonnée. La longueur de la randonnée déterminera également la quantité de matériel que vous emporterez et ce que vous pourriez apporter.

🥾 Combien pèse un sac à dos de 60 litres ?

En termes de kilos, un sac à dos complet de 55 litres pèse environ 14 kg, tandis qu'un sac à dos complet de 70 litres pèse environ 20 kg. Il faudra donc plutôt viser des sacs à plus petites contenances pour la MUL.

🥾 Comment puis-je savoir si mon sac à dos est trop lourd ?

Signes que votre sac à dos est trop lourd

  • Il est difficile à mettre en place ou à enlever.
  • Vous avez mal en le portant.
  • Vous ressentez des picotements ou des engourdissements dans vos membres.
  • Des marques de sangle apparaissent sur vos épaules.
  • Votre posture change pendant que vous le portez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *