• Menu
  • Menu

Quels sont les accidents les plus courants en montagne ? Comment les éviter ?

Si vous avez déjà randonné à la journée ou durant plusieurs jours en montagne, alors vous savez déjà que le risque d’accidents est plus important qu’ailleurs. À cause de la variation d’altitude, des grands espaces sauvages et des grands changements météorologiques d’une saison sur l’autre, le danger y est plus présent. Les risques, qui causent ces accidents, peuvent provenir de différents facteurs : l’impréparation, la pratique même de la randonnée ou encore la météo. Mais ces risques peuvent être prévenus ou limités afin de diminuer les probabilités d’accident. Concentrons-nous maintenant sur ces divers accidents potentiels et comment prévenir les risques.

Accidents et risques les plus courants en montagne

 Les accidents les plus courants, lors de la pratique de la randonnée en montagne, se concentrent autour de quatre facteurs principaux : l’impréparation, les risques de la randonnée elle-même, les risques météorologiques mais aussi les différents risques liés à l’eau.

Une randonnée peut parfois s’avérer dangereuse selon les conditions météorologiques rencontrées.

Les accidents liés à l’impréparation

Comme toute randonnée, celle effectuée en montagne doit être préparée à l’avance afin de parer au mieux aux différents risques que nous sommes susceptibles de rencontrer en cours de route. Même si cela parait évident, la grande majorité des accidents qui arrivent en montagne ont lieu à cause de l’impréparation des randonneurs. Voici quelques accidents qui arrivent aux marcheurs mal préparés :

  • Se perdre en cours de route : le balisage fait parfois cruellement défaut en montagne. Il arrive donc souvent aux marcheurs peu aguerris de se retrouver dans une autre vallée que celle de départ et de ne pas retrouver son chemin.
  • Manquer d’eau ou de nourriture : vous étiez partis pour une heure ou 2 de randonnée mais, voilà, cela fait maintenant plus d’une demi-journée que vous êtes parti. Il arrive souvent qu’une randonnée qui paraisse courte en plaine soit bien plus longue en montagne à cause du dénivelé. Certains randonneurs peuvent avoir un malaise à cause de cela. Prudence donc !
  • Le mal des montagnes : il se rencontre uniquement en altitude et la plupart du temps à plus de 2000 m d’altitude. Je vous renvoie à notre article sur le mal des montagnes pour comprendre ce qu’il est et comment le prévenir.
Partir en randonnée demande de la préparation pour ne pas se perdre.

Les accidents liés à la pratique de la randonnée

Comme tous les sports, la randonnée peut parfois s’avérer dangereuse. Mais le cas de la montagne est particulier à cause de l’altitude et de la déclivité naturelle du terrain, qui amplifient notamment les risques d’entorses, les problèmes musculaires ou cardiaques.

Ainsi, lors de l’ascension, votre corps sera repoussé dans ses limites, il aura bien plus de mal à avancer que sur un terrain plat. Les accidents les plus courants sont donc les accidents cardio-vasculaires. Je vous rassure, ils restent rares ! Ils touchent surtout les personnes de plus de 60 ans qui essaient de se dépasser physiquement.

Notez que 4 accidents de randonnée sur 5 en montagne ont lieu lors de la descente. En effet, vous avez déjà dû remarquer que la pente faisait office d’accélérateur de votre marche. Elle augmente donc aussi la probabilité d’entorses du genou ou de la cheville, car vous risquez de mal positionner votre pied à cause de la vitesse. La présence de nombreux rochers ou cailloux sont autant de facteurs d’accidents auxquels vous devrez prêter attention lors de votre prochaine randonnée en montagne.

En randonnée, il est impératif de rester vigilant pour s’évader en toute sécurité.

Les risques météorologiques

 Les accidents liés aux risques météorologiques sont peut-être les plus dangereux lorsqu’on part pour une randonnée en montagne. Ils sont parfois imprévisibles, souvent soudains et la plupart du temps violents. Nous ne parlerons pas des randonnées en raquettes en hiver, car notre article traitant du sujet est complet et pourra largement vous aiguiller si vous souhaitez tout savoir les randonnées en raquettes. Si vous souhaitez partir pour une randonnée pédestre en montagne, il faut prendre garde à deux problèmes qui arrivent souvent : l’hypothermie et l’insolation. Voyons ces deux accidents dangereux :

  • L’hypothermie : c’est lorsque la température de votre corps descend dangereusement. Celle-ci peut arriver en pleine journée car vous n’avez pas les habits de montagne nécessaires. Mais elle peut arriver la nuit également et en toutes saisons. Durant le printemps et l’automne, les nuits sont glaciales et les températures descendent souvent en-dessous de 0°C. L’été, elles sont particulièrement fraiches. Il peut geler à plus de 1500m d’altitude et même faire moins de 5°C à 1000m en plein mois de juillet !
  • L’insolation : elle arrive lorsque vous n’avez pas de protection contre le rayonnement solaire. Cet accident est recensé parmi les 6 plus dangereux en été car il peut causer des malaises et des nausées. À termes, il peut provoquer des troubles neurologiques sévères et des atteintes aux reins et au cœur.

 D’autres accidents peuvent avoir lieu à cause d’évènements météorologiques intenses, comme :

  • Le foudroiement : celui-ci est particulièrement dangereux à cause du manque d’abris au sommet des montagnes et au manque de voies d’issue. Le nombre d’échappatoires étant très restreint, le danger est d’autant plus grand.
Figure 1 : Les sommets des montagnes attirent la foudre, pratiquer la randonnée en été en altitude est donc particulièrement dangereux

Les accidents liés à l’eau

Les torrents, les rivières et les plans d’eau comme les lacs sont très nombreux en montagne mais ils sont eux aussi source d’accidents. Non filtrée, l’eau de ces sources contient des microbes, protozoaires et autres agents polluants toxiques pour notre organisme qui est habitué à l’eau purifiée du robinet. Boire une eau trouvée naturellement en montagne peut provoquer des maux de ventre, des diarrhées et des nausées, voire un empoisonnement pour les cas les plus graves.

Enfin, il existe un dernier risque lié à la montée subite des eaux de rivière en montagne lorsqu’un orage éclate : le fait de se trouver submergé. C’est le cas lorsque vous plantez votre tente en fond de vallée ou dans le lit majeur d’une rivière de montagne. Les accidents liés aux inondations de rivières arrivent tous les ans.

Méthodes pour éviter les accidents en montagne

Quelques méthodes simples à mettre en œuvre peuvent être efficaces afin de prévenir au maximum les risques d’accidents lors de vos randonnées en montagne.

Prise d’informations : préparer sa randonnée

Comme pour toute randonnée, il faut préparer votre marche en montagne. Cela passe par la préparation de votre itinéraire en amont à l’aide d’une carte IGN, de préférence. Cela vous permettra de connaître les points les plus accidentogènes, comme les gués de rivières ou les chemins à forte pente. Vous pourrez également noter les refuges où vous abriter en cas d’orages, mais aussi divers les divers points de ravitaillement dont allez avoir besoin si la randonnée s’étale sur plusieurs jours, comme c’est le cas pour le célèbre GR20. Enfin, pensez à jeter un œil à la météo prévue lors de votre randonnée, elle vous permettra d’éviter les périodes orageuses ou pluvieuses. En préparant votre randonnée à l’avance, vous pourrez prévenir les risques de manque d’eau et de nourriture ainsi que le mal des montagnes, en allant voir votre médecin traitant.

Choisir l’équipement adapté

Le matériel que vous allez emporter sera le point-clé pour prévenir les accidents les plus courants en montagne. Les différents vêtements vous permettront de vous adapter à toutes les températures et à toutes les météos : soleil brûlant, pluie, neige, etc. Pensez également à quelques accessoires indispensables comme la lampe frontale, dont nous avons parlé dans cet article, afin de voir dans les bancs de brouillard et la nuit ! Voici quelques indispensables :

  • Un chapeau ou une casquette pour se protéger des insolations
  • Des chaussures de marche afin d’améliorer votre adhérence lorsqu’il pleut et de limiter les risques d’entorses
  • Des polaires, softshells et blousons afin de se protéger de la pluie, du froid et du vent
  • Une boussole, pour vous aider à vous repérer
  • Un firesteel, pour faire du feu en n’importe quelles circonstances
  • Un sac de couchage adapté à la saison si vous dormez en montagne afin d’éviter l’hypothermie
  • Des bâtons de marche, qui vous aideront à garder l’équilibre lorsque la fatigue commence à se faire sentir ou que la pente est raide
  • Une paille Lifestraw afin de pouvoir boire toutes les eaux de surface sans craindre l’indigestion
Choisir un bon équipement sera gage de sérénité pour votre randonnée.

Quelques règles de base

La randonnée en haute montagne étant un cas à part dans la famille de la marche, voici quelques règles de base afin d’éviter les accidents et mettre toutes les chances de son côté :

  • Partir en groupe si possible
  • Se former aux dangers et aux particularités de la montagne
  • Engager un guide spécialisé dans la haute-montagne si vous désirez partir hors des sentiers battus
  • Respecter le balisage ou rester sur les chemins de randonnée si vous partez seul(e)
  • Savoir écouter son corps : connaître ses propres limites physiques et savoir reconnaître les premiers symptômes du mal aigu des montagnes

Conclusion

La randonnée en montagne est source de nombreux accidents à cause de 3 facteurs principalement : l’altitude, les pentes et la rudesse du climat. Les risques d’entorses, d’insolation et surtout d’hypothermie sont bien réels, de même que le fameux mal aigu des montagnes que l’on ne rencontre qu’au-delà de 2000m d’altitude. Il existe aussi d’autres dangers, plus limités : se perdre et manquer d’eau et de nourriture. Mais ces accidents comme ces risques peuvent être limités voire réduits à néant en planifiant son trajet et sa randonnée en amont. En emportant un matériel adapté à la saison, au terrain et à ses besoins, vous limiterez au maximum les risques d’accident. Enfin, en partant à plusieurs, en restant sur les chemins balisés et en se formant au préalable aux risques des lieux, vous serez apte à prévenir tout accident en montagne. Êtes-vous prêt à découvrir les plus beaux paysages de France en toute sécurité ?

Bien préparé, à vous la randonnée !

FAQ sur les accidents en montagne

⛰️ Que faire en cas d'orage en randonnée ?

Si un abri approprié n'est pas à proximité, cherchez une protection dans une vallée ou une dépression du terrain. Évitez toujours les arbres isolés ou autres objets de grande taille. Si vous avez du métal - un sac à dos à armature métallique ou des bâtons de randonnée - assurez-vous qu'ils se trouvent à au moins 30 mètres de vous. Les personnes en groupe doivent trouver un abri à au moins 30 mètres les unes des autres. Accroupissez-vous au niveau du sol, le poids sur la plante des pieds, les pieds joints, la tête baissée et les oreilles couvertes. Ne vous allongez jamais à plat sur le sol.

⛰️ Comment réagir en cas de mal des montagnes ?

La première chose à faire est d'arrêter immédiatement l'ascension pour ne pas aggraver les symptômes. Ensuite, vous devez absolument prendre du repos pour laisser le temps à votre corps de produire des globules rouges. Plantez votre bivouac et passez la nuit sur place, si les symptômes persistent alors vous devrez arrêter l'ascension et redescendre de 500m au minimum. Si vous voulez en savoir plus, découvrez notre article dédié au mal des montagnes

⛰️ Que faire en cas d'entorse en randonnée en montagne ?

Les entorses font partie intégrante de la randonnée, même si vous êtes prudent. Suivez la procédure RICE (Rest, Ice, Compression, Elevation en anglais ou Repos, Glace, Compression, Élévation en français) en cas d'entorse lors d'une randonnée :

  • Repos - Enlevez immédiatement tout poids de la cheville foulée, car cela pourrait l'endommager davantage.
  • Glace - Vous n'aurez probablement pas de poche de glace avec vous pour soigner cette blessure de randonnée. Il y a trois choses que vous pouvez faire pour reproduire cette étape à la place : Utilisez de la neige tassée pour refroidir la blessure. Submergez la cheville dans de l'eau froide, comme une rivière ou un ruisseau. Trempez un t-shirt dont vous n'avez pas besoin et enroulez-le autour de la cheville gonflée.
  • Compression - Appliquez une compression à l'aide d'un bandage élastique ou d'un autre t-shirt dont vous n'avez pas besoin. Veillez à ce que la circulation ne soit pas entravée par un bandage trop serré.
  • Élévation - Soulevez la cheville au-dessus du cœur de la personne blessée. Vous devrez finalement recommencer à marcher pour rentrer chez vous. Utilisez des bâtons de marche pour créer une attelle de fortune afin de stabiliser la cheville et demandez à votre compagnon de randonnée de vous aider à redescendre le sentier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *