• Menu
  • Menu

Tout savoir sur l’isolation d’un fourgon aménagé en van

La question de l’isolation de son fourgon aménagé est très certainement celle qui divise le plus la communauté de la vanlife ! Aucun consensus sur les matériaux à employer ou la manière d’isoler son van aménagé ne se dégage vraiment et aucun vanlifer ne se mettra d’accord avec un autre. Si vous comptez isoler votre propre van, vous devez avant tout comprendre à quoi cela servira et quelles sont les principales méthodes employées pour y arriver. Nous aborderons également la question des coûts et du poids que cela engendrera pour vous. Prêt à faire le tour de la question de l’isolation du fourgon aménagé ?

L’isolation du fourgon est une question centrale au moment de l’aménager

Les raisons d’isoler son van aménagé

Nous avions déjà abordé la question de l’isolation thermique dans notre article traitant de la vie en van aménagé durant l’hiver. À cette occasion, nous avions déjà vu que l’isolation allait de pair avec un chauffage stationnaire adapté afin de conserver la chaleur que ce dernier émettait. Sans cela, la chaleur se voyait évacuée très rapidement et tout le bénéfice tiré du chauffage partait avec elle. Ici, nous touchons au cœur du principe de l’isolation d’un fourgon aménagé : elle vous permettra de conserver la chaleur produite en hiver à l’intérieur même de la cellule. Elle limitera les déperditions de chaleur. Mais elle a aussi une utilité en été et surtout, pendant les épisodes de fortes chaleurs comme par exemple les canicules. Elle va limiter l’entrée de la chaleur située à l’extérieur du fourgon. Comme son nom l’indique, elle va alors vous isoler des températures que vous cherchez à fuir ! Enfin, elle vise également à insonoriser l’intérieur du fourgon contre les bruits provenant de l’extérieur. Cela peut être la pluie, qui s’entend facilement quand l’averse est forte et qui peut donc vous empêcher de dormir. Cela peut être également contre le bruit du vent ou simplement les bruits d’origine humaine dont on voudrait se couper (musique, moteurs, voix ou outils).

Différents types d’isolation de van aménagé

Pour que l’isolation d’un fourgon soit le plus efficace possible, vous allez devoir isoler chaque partie ou compartiment de la cellule. Le sol, le plafond, les parois latérales, bien évidemment, mais aussi les portes et fenêtres doivent donc être isolées avec soin. Pour cela, deux écoles se confrontent chez les vanlifers : celle qui se veut plus respectueuse de l’environnement, qui n’utilise que des matériaux le plus écologique possible. Et celle, plus traditionnelle, qui utilise des matériaux provenant de l’industrie. Voyons ensemble de quoi il en retourne.

Méthode plus naturelle

Comme pour l’isolation d’une maison ou d’un appartement, l’isolation d’un van aménagé nécessite de respecter un certain ordre quant à la mise en place des couches d’isolant. Alors que la diversité des matériaux d’isolation est conséquente, on peut rapidement se perdre et ne plus savoir quoi utiliser. C’est pour cela que je vous propose, pour commencer, une méthode employant des matériaux respectueux de l’environnement et qui a fait ses preuves. La voici énumérée par ordre de mise en place :

  1. Application d’une couche imputrescible, résistante à l’humidité car elle sera en contact direct avec la condensation formée contre la carrosserie. Pour celle-ci, deux possibilités s’offrent à vous. On peut mettre du liège en panneaux (1 cm d’épaisseur) ou en rouleaux (1 à 2 mm). Il faut savoir que le rouleau de liège est plus facile à mettre en place car il reste un minimum souple et épouse parfaitement les contours et formes du fourgon. Le bémol est que le liège est très cher, ce qui pousse les vanlifers à mettre, généralement, une simple couche juste pour le coté imputrescible. Qu’importe la solution que vous choisissez, les panneaux et les rouleaux se fixent avec de la colle néoprène. Les panneaux de liège possèdent un prix allant de 7,5€/m² pour une épaisseur d’1 cm à 47,2€/m² pour une épaisseur de 12 cm. En ce qui concerne le liège en rouleau, il est disponible à 29,90€ TTC en épaisseur 1 mm en rouleau de 5 mètres de long et 45 cms de large.
  2. Mise en place d’une matière qui sera la vraie isolation thermique. Il existe un matériau de plus en plus réputé qui mélange 3 matières écologiques ensemble : le Biofib’Trio qui allie lin, chanvre et coton. Par contre, il possède un poids assez élevé qui peut vous gêner pour le PTAC de votre véhicule : 30 kg/m3 ! Si vous en mettez, faites les calculs de charge par rapport au volume que vous allez insérer. Notez que son prix est intéressant : environ 6,2€/m² en février 2021. Sinon, il vous reste l’option des panneaux de laine de bois qui possèdent quasiment le même pouvoir isolant que le Biofib’Trio mais pour un prix inférieur. Comptez un peu plus de 4€/m² pour cet isolant composé de fibres de bois compactées.
  3. Ajout d’un contreplaqué de bois pour apporter une touche esthétique à son intérieur. Pour cette dernière étape, vous êtes libre de la couleur ou du style que vous allez mettre. Laissez libre cours à vos envies !
Le Biofib’Trio est très efficace comme isolant naturel ; crédit photo : mon-fourgon-amenage.fr

Pour les renforts du fourgon, qui sont bien plus complexes à remplir avec de l’isolant, je vous conseille l’emploi de laine de mouton ou de coton spécifiquement prévu à cet effet et fabriqué par Métisse. Conçu avec du coton recyclé provenant d’anciens habits, ce rouleau isolant est à la fois écologique et facile à mettre. Pour le modèle dont le poids est de 20 kgs/m3, comptez un prix moyen de 5,6€/m².

Pour en savoir plus sur l’isolation d’un van aménagé avec des matériaux écologiques :

Méthode avec matériaux synthétiques

Les matériaux respectueux de l’environnement ou biosourcés ont un inconvénient qui rebute pas mal de vanlifers : leur prix. Plus chers que la majorité des isolants industriels ou synthétiques, ils requièrent une gestion minutieuse de votre budget et un apport plus conséquent. Pour éviter cela, de nombreux vanlifers préfèrent piocher leur isolation dans les matériaux plus conventionnels mais aussi moins écologiques. Passons en revue ces différentes solutions au prix très accessible :

  • L’Armaflex: L’Armaflex est un produit fabriqué par la société Armacell, qui crée des isolants pour l’industrie. Au départ, cet isolant était prévu pour habiller les tuyaux et canalisations afin de les protéger du gel ou empêcher la chaleur qu’ils généraient de rayonner partout autour d’eux. Disponible à 2,4€ le m² pour une épaisseur de 7 mm, il est donc beaucoup moins cher que le liège ! Ses avantages sont les suivants : il est tout-en-un, ce qui signifie qu’il fait figure de couche imputrescible, d’isolant thermique mais aussi phonique. Il dispose également d’un frein vapeur intégré et se voit certifié pour sa non-nocivité pour la santé des personnes alentours. Très souple, il est très facile à poser car il épouse les contours, les creux et les formes de l’intérieur du fourgon.
  • Le multicouche : disponible en de nombreuses sortes, cette méthode vise à placer plusieurs couches successives d’un même matériau isolant : l’isolant fin. Conçu avec des alvéoles, il habille votre pare-brise en été pour empêcher la chaleur d’envahir votre véhicule. Pour la mise en place, commencez par une première couche imputrescible et isolante sur le plan phonique car l’isolant fin multicouche ne sera pas en contact avec les parois du fourgon. Pour que cette méthode d’isolation soit la plus efficace possible, vous devrez placer une lame d’air de chaque côté de l’isolant pour que celui-ci soit optimal. Placez donc des tasseaux de bois peu épais avant de mettre cet isolant puis remettez un deuxième niveau de tasseaux par-dessus. Enfin, venez appliquer un lambris ou un contreplaqué de bois pour habiller le tout. Autre avantage : son prix qui commence à 1€/m² linéaire !
  • Polystyrène : il est très difficile à mettre en place à cause des variations de courbes et de formes de l’intérieur du fourgon. Très rigide, le polystyrène ne dispose pas non plus du même pouvoir isolant que ses prédécesseurs. Par contre, il est très pratique comme isolant pour le plafond ou le sol, qui sont droits ! Vous pouvez alors envisager de faire un mix entre toutes ces méthodes en fonction de leur simplicité de mise en place et de leur pouvoir isolant. Prix du polystyrène expansé : entre 3,5€/m² et 7€/m².
L’Armaflex réunit toutes les couches isolantes en une seule

Pour aller plus loin avec l’isolation an matériaux conventionnels :

Multicouche ou liège : Rolling bears

Multicouche : Poimobile

Armaflex : Jessi and Markus diaries (vanlifers Allemands) sur Instagram :

Astuces pour améliorer l’isolation facilement

En plus de l’isolation de la cellule, quelques astuces peuvent être mises en pratique au quotidien afin de conserver la fraicheur ou la chaleur un peu plus longtemps. Si vous envisagez d’enlever la cloison située entre le poste de conduite et la cellule, sachez que vous pouvez acheter un rideau occultant et isolant, le couper aux bonnes dimensions du fourgon et l’installer à cet endroit. Comme les vitres et le pare-brise sont les principaux ponts thermiques du véhicule, vous gagnerez en isolation en utilisation cette astuce toute simple et pas chère ! Pensez également aux rideaux isolants de chez H2R, disponibles au mètre linéaire et que vous pouvez faire vous-même. Prenez les mesures de vos fenêtres, de vos portes et placez ces rideaux devant les ouvertures quand vous en ressentez le besoin. Ainsi, vous pourrez conserver la chaleur ou la fraicheur un peu plus longtemps !

Les rideaux isolants vous aideront à couper les ponts thermiques situés près de vos fenêtres et de vos portes

Problèmes liés à l’isolation des fourgons

Quelle que soit l’isolation que vous allez choisir, vous ne pourrez jamais atteindre une efficacité égale à celle d’une maison. Tout simplement parce que la carrosserie de votre fourgon n’est pas prévu pour que des personnes vivent à l’intérieur ! En l’isolant, vous arriverez à optimiser la conservation de fraicheur en été et de chaleur en hiver, mais vous ne pourrez jamais obtenir quelquechose de parfait. Décryptage de ce principe qui fait que de nombreux vanlifers choisissent même de ne pas isoler du tout leur fourgon !

Problèmes d’humidité

Le problème le plus fréquent quand on est vanlifer est de se retrouver confronté à l’humidité. Véritable boîte métallique, la cellule retient tout et surtout l’humidité. C’est à cause d’elle que vous serez obligé de percer des aérations dans la cellule. Quand la température extérieure est beaucoup plus basse que dans le van, de la condensation va irrémédiablement se former et couler le long de vos parois. Si vous êtes adepte de camping, vous avez peut-être connu ce phénomène en dormant dans une tente avec un toit simple. Cela arrive le matin, au lever du soleil, quand la rosée est très présente au dehors. Le problème, dans le fourgon, c’est que l’isolation va absorber l’eau de la condensation et qu’elle finira même par moisir. Pour y remédier, le choix d’une première couche imputrescible s’avère obligatoire. La mise en place d’une ou deux lames d’air est également appréciable pour laisser évacuer la condensation qui s’accumule, mais aussi pour faire sécher la première couche. Contrairement à une maison, vous n’arriverez donc jamais à atteindre un taux d’humidité très bas en fourgon. Il faut l’accepter et penser l’isolation de son fourgon en fonction de cette donnée.

Perte d’énergie thermique

Même avec la meilleure isolation thermique du monde, un fourgon reste une carrosserie métallique d’une épaisseur de quelques millimètres. Autrement dit, vous n’arriverez jamais à atteindre le taux de conservation de la chaleur ou de la fraicheur d’une maison ou d’un appartement car ces derniers possèdent des murs plus épais et prévus pour cela. Tout ce que vous arriverez à faire, c’est de retarder le plus possible la perte de la chaleur en hiver ou de la fraicheur en été. Tous les retours de vanlifers sont proches sur ce point : l’isolation est nécessaire pour passer l’hiver en van aménagé ou mieux supporter la canicule, mais ne sera jamais optimale. Plus simplement, l’isolation phonique et thermique d’un fourgon aménagé vous rendra l’expérience de vanlife plus agréable et, à certains moments, plus facile.

Matériaux à bannir

À cause de la présence de gaz, de la promiscuité ou du fort taux d’humidité, deux matériaux sont à bannir si vous envisagez d’isoler votre van aménagé : la laine de verre et la mousse polyuréthane. En effet, la laine de verre, qui reste l’un des matériaux isolants les moins chers et les plus faciles à trouver, est très intéressante pour isoler les combles d’une maison mais reste inadaptée aux problématiques du fourgon. Très inflammable, vous comprenez donc qu’il serait dangereux de positionner de la laine de verre juste au-dessus de votre réchaud au gaz… Tout aussi problématique, c’est un matériau qui perd au moins 80% de son efficacité s’il est mouillé. Avec la condensation du fourgon, elle le sera forcément et, du coup, elle ne servirait à rien pour l’isolation de ce dernier !

Le cas de la mousse polyuréthane est différent : c’est un matériau isolant qui se met en bombe. En séchant, la mousse ressemblera à du polystyrène. Intéressante pour un grenier, la mousse polyuréthane est pourtant elle aussi très inflammable et moisit au contact de l’eau. De plus, la formation de champignons entraine une réaction chimique immédiate qui devient dangereuse si elle est inhalée.

En conclusion

L’isolation du fourgon aménagé est la question la plus débattue de la vanlife. Personne n’est d’accord sur les matériaux à employer ou la manière d’isoler son van. Mais une chose est sûre, deux écoles se détachent du reste : celle qui veut utiliser des matériaux plus respectueux de l’environnement afin de diminuer sa propre empreinte carbone. Puis la seconde, celle qui souhaite l’efficacité isolante avant tout et qui utilise plutôt des matériaux standards, d’origine industrielle. D’un côté, la laine de bois, le liège et le Biofib’Trio s’imposent alors que, de l’autre côté, l’ArmaFlex et le multicouche fin restent des valeurs sûres. Les capacités isolantes atteintes sont bonnes mais resteront, de toutes façons, très éloignées de ce que l’on obtient dans le cadre d’une isolation de maison. Cela vous fera gagner 5°C en hiver et en été mais ne vous donnera pas du tout le même confort thermique qu’en appartement. C’est à vous de trouver la solution qui vous convient, avec le budget qui est le vôtre et vos ambitions en matière d’isolation phonique et thermique. Dans tous les cas, cela reste une base pour devenir vanlifer et parcourir les routes toute l’année. Et vous, quelle solution isolante avez-vous trouvé pour votre van aménagé ?

FAQ isolation fourgon aménagé

Pourquoi faut-il isoler son van aménagé ?

Plusieurs raisons vous pousseront à isoler votre van aménagé avant d'arpenter les routes : améliorer votre confort, éviter les déperditions de chaleur, conserver la chaleur dans l'habitacle par temps frois, etc. Nous développons chaque raison dans notre guide !

Quels sont les matériaux à privilégier pour isoler mon van aménagé ?

Pour isoler un van aménagé, on recommandera des matériaux naturels pour les plus écolos d'entre vous ou des matériaux plus conventionnels. Retrouvez les tous dans notre guide !

Quels sont les matériaux à éviter pour isoler mon fourgon aménagé ?

Vous pourrez trouver des matériaux adaptés à l'isolation d'un fourgon aménagé et d'autres qui ne le seront pas du tout : laine de verre, mousse polyuréthane, etc. Pour être sûr de ne pas choisir le mauvais isolant, suivez notre guide 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *