• Menu
  • Menu

Comment contourner l’homologation VASP ? Profitez de votre van maintenant !

La question de l’homologation VASP de son fourgon aménagé est dans toutes les têtes des vanlifers. Il y a en fait deux écoles : celle qui veut que chaque fourgon aménagé soit homologué et celle qui préfère éviter des démarches administratives supplémentaires. Cette dernière méthode, qui vise à contourner l’homologation VASP de son van, fait potentiellement courir des risques élevés aux vanlifers qui la choisissent. Une subtilité de la réforme du contrôle technique du 20 mai 2018 permet pourtant de pouvoir vivre en fourgon aménagé sans qu’il soit pour autant homologué. Comment est-ce possible et comment arriver à un tel résultat ? C’est ce que nous allons tenter de comprendre ensemble !

Homologation VASP des vans aménagés, la question de tous les vanlifers

Rappel de ce qu’est l’homologation VASP

L’homologation VASP des véhicules aménagés est ancienne mais a été mise à jour par la réforme du contrôle technique de tous les véhicules du 20 mai 2018. Depuis cette date, les véhicules dans lequel il est possible de vivre doivent obtenir une autorisation de conformité auprès des autorités agréées. Sans cette homologation, il est théoriquement impossible de vivre dans un van aménagé ou simplement de faire passer le contrôle technique à son fourgon. Selon les règles émises par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), sont considérés comme habitables tous les véhicules qui disposent de ces meubles inamovibles : cuisine, table, lit, banquette et rangements. Vous le comprenez certainement déjà maintenant, mais la notion d’inamovible permet de contourner sans encombre l’homologation VASP de son van.

Rouler sans homologation : les risques encourus

Pour comprendre de manière exhaustive la question d’homologuer ou non son van avec la mention VASP, il faut avant tout connaître les risques que vous encourez, en tant que vanlifer, à vivre dans un fourgon aménagé non-homologué. Voici les risques les plus courants :

  • L’impossibilité d’effectuer le contrôle technique du véhicule : depuis 2018 et cette fameuse réforme, un véhicule aménagé qui n’aurait pas la mention VASP ne pourrait pas passer son contrôle technique. Si vous vous faites contrôler par la Police, vous êtes donc dans l’illégalité.
  • L’assurance ne vous couvrira pas en cas d’accident : les véhicules utilitaires et les fourgons aménagés sont reconnus comme étant deux types différents de véhicules, même si c’est le même modèle de porteur. Un fourgon non homologué sera assuré comme étant un véhicule de transport, ou utilitaire. Si les experts voient, après accident, que ce n’est pas le cas, les termes du contrat passé avec l’assureur deviennent caducs.
  • L’assurance peut porter plaine pour fausse déclaration : c’est dans la continuité du risque précédent. En se rendant compte que vous avez menti sur l’utilisation de votre fourgon, votre assureur est en droit de porter plainte contre vous pour fausse déclaration !
  • Risque de malfaçon : si vous aménagez vous-même votre fourgon aménagé, vous pourrez monter un chauffe-eau, un système de chauffage ou même des plaques de cuisson au gaz sans être un professionnel. Des malfaçons peuvent être exécutées à cette occasion mais les deux contrôles prévus par l’homologation VASP permettent de les mettre au jour et de les régler. Si vous passez outre l’homologation, vous augmentez les risques technologiques liés à l’aménagement de votre fourgon.

Dans tous les cas, vous devez garder à l’esprit que l’homologation VASP a justement été rendue obligatoire par la Commission Européenne pour diminuer les risques de voir des véhicules potentiellement dangereux sur les routes du Vieux-Continent.

Contourner l’homologation VASP sans risque

Rassurez-vous, il est tout à fait possible de vivre dans un fourgon aménagé non homologué sans pour autant connaitre tous les risques cités précédemment. En fait, c’est surtout le problème du contrôle technique qui peut être contourné par une subtilité induite par la réforme de 2018 elle-même. Alors que celle-ci se base entièrement sur les règles édictées par l’AFNOR à propos de l’habitabilité d’un camping-car, un simple mot présent dans toutes ces règles vous offre la possibilité de contourner l’homologation. Ce mot, c’est « inamovible ». L’AFNOR insiste sur le fait qu’un camping-car (ou tout autre véhicule aménagé) doit être considéré comme tel à partir du moment où les meubles sont inamovibles. Autrement dit, quand ils sont fixes, qu’ils font partie intégrante de la cellule de votre fourgon. Cette subtilité permet d’entrevoir la possibilité d’aménager son fourgon avec des meubles qui peuvent être démontés et retirés à loisirs.

Principe du contournement de l’homologation VASP

Pour contourner l’homologation VASP d’un van aménagé, il va falloir prendre le contre-pied des règles de l’AFNOR. Ou plutôt reprendre ce qui fait, selon ses propres règles, un véhicule aménagé : la cuisine, le lit, les banquettes, la table et les rangements. Il faudra faire en sorte que ces 5 principes de base soient amovibles pour ne pas donner l’aspect d’un véhicule habitable. En plus de l’obligation de concevoir ces 5 principes d’un van aménagé de manière à pouvoir les retirer par la suite, vous serez également obligé de renoncer à installer certains outils de confort :

  • Les cuves à eau potable et à eau grise : si vous installez cela dans votre fourgon, cela sera une preuve que vous vivez dedans.
  • Le chauffage : si vous ne vivez pas dedans, il n’y a pas de raison d’installer un système de chauffage !
  • Le chauffe-eau : cela rejoint le principe des cuves à eau, vous ne devez pas donner l’impression que vivez dans votre van.
  • Les raccordements au gaz : que ce soit pour la cuisine ou le chauffage, vous allez devoir imaginer un système alternatif pour faire la cuisine.

La question de l’électricité est différente. En effet, il existe de nombreuses sociétés qui ont besoin d’électricité dans leur fourgon pour travailler. C’est le cas de nombreux artisans qui ne vivent pas dans leur fourgon mais qui ont besoin d’une batterie auxiliaire pour alimenter différents outils en électricité pour la journée. Dans ce cas-là, des installations électriques minimales peuvent ne pas être considérées comme un aménagement. Attention tout de même, car au-delà d’un certain seuil, les autorités compétentes pourraient considérer que cela est un aménagement pour travailler et donc, que cela requiert l’homologation VASP. Pour en être sûr, vous pouvez demander conseil auprès d’un concessionnaire ou directement auprès des sociétés agréées pour les contrôles d’homologation : Veritas et Qualigaz.

 

Meubles qu’il faut rendre modulables

Les 5 parties de base constituant un véhicule aménagé, selon la définition de l’AFNOR, doivent donc être modifiées pour contourner l’homologation VASP. Pour cela, voici les choses auxquelles vous devrez veiller quand vous les concevrez :

  • Les raccordements de cuisine démontables : tous les circuits de gaz et d’électricité devront être pensés de manière à pouvoir les retirer rapidement. Non seulement vous ne pourrez pas construire de cuisine équipée avec plan de travail, mais vous ne pourrez pas raccorder votre évier à une cuve d’eau fixe.
  • Un lit modulable : pour pouvoir retirer le lit au moment de passer le contrôle technique, il vaut mieux que celui-ci soit pliant et non fixé aux parois du fourgon. Privilégiez, par exemple, les lits-peigne qui se replient rapidement et prennent peu de place.
  • Des rangements ouverts : l’AFNOR insiste sur le fait que les rangements doivent pouvoir empêcher que les objets ne tombent pendant le transport. Pour cela, ils doivent comporter des portes de placards. Vous pouvez alors monter un système d’étagères ouvertes dotées de tendeurs élastiques pour empêcher vos objets de tomber. Très efficaces et facile à retirer à l’instant T, ils permettent de contourner efficacement cette règle sans pour autant dire adieu aux étagères.
  • Table : préférez la table pliante de camping pour gagner en légèreté et en praticité au moment de devoir tout démonter.
  • Des banquettes transportables : si vous décidez d’installer des banquettes, privilégiez les caissons de bois creux et de forme rectangulaire dans lesquels des poignées peuvent être insérées. Elles vous permettront de les déplacer comme bon vous semble et vous pourrez ajouter des coussins adaptés pour améliorer le confort.

Si la conception de meubles modulables et adaptés à ce besoin de mobilité n’est pas votre tasse de thé, vous pouvez profiter du savoir-faire de plusieurs sociétés devenues expertes dans la création d’aménagements modulables ! C’est le cas de Campinambulle qui propose des kits thématiques pour voitures et fourgons. Envie d’une malle qui devient une cuisine équipée quand elle est dépliée ou d’un coffre en bois qui contient un lit deux places ? Alors vous y trouverez votre bonheur ! Dans la même veine, l’entreprise Nolty conçoit des caissons de différentes tailles qui, fixés ensemble, permettent de créer des lits, des meubles ou des rangements. L’ensemble est démontable puis remontable autant de fois que vous le souhaitez ! Pour tous les modèles de voitures et de fourgons, Nomad Addict a conçu des malles de camping qui se transforment en tables à manger, en lit-couchette ou en canapé quand vous le désirez.

Schéma explicatif des kits de Campinambulle devenant un lit, des rangements et une table ; crédit photo : Campinambulle

Avantages et inconvénients du contournement VASP

Contourner l’homologation VASP grâce à la mise en place d’un aménagement entièrement modulable peut avoir des avantages comme des inconvénients. Pour trancher, chaque vanlifer doit établir une liste des pour et des contres avant l’aménagement. Il doit ensuite décider de ce qui sera le mieux pour lui en fonction de son style de vie, de ses besoins et de sa motivation à tout démonter et remonter avant chaque contrôle technique.

Quelques avantages

Les avantages que l’on retire de ne pas homologuer le fourgon aménagé dans lequel on vit sont surtout d’ordre pratique :

  • Un gain de temps pour l’aménagement : alors que les contrôles, la rédaction de la fiche RTI et les éventuelles modifications à effectuer sont chronophages, vous gagnez indéniablement du temps si vous passez outre l’homologation VASP.
  • Moins de formalités administratives : le dossier RTI et la demande de changement de carte grise auprès de votre Préfecture sont autant de démarches qui rebutent les futurs vanlifers.
  • Moins de dépenses d’argent : le coût d’une demande d’homologation VASP varie entre 550€, si vous la faites vous-même, à plus de 1000€ si vous vous faites aider par une entreprise compétente.
  • Une meilleure personnalisation du van : si vous ne tenez pas compte des normes édictées par l’AFNOR, vous êtes alors libre de concevoir l’aménagement de votre fourgon de fond en comble. 

Inconvénients à ne pas homologuer son van

Les inconvénients liés au fait de ne pas homologuer son van peuvent être les mêmes que les risques évoqués plus haut, mais pas seulement :

  • L’assurance ne sera pas valable : le fait de concevoir des meubles modulables ne change pas le problème considéré par votre assureur comme étant une fausse déclaration. Si vous avez un accident et que l’expert en assurance voit les aménagements, vous courez le même risque que si vous aviez des meubles fixes.
  • Vous êtes obligé de démonter tout votre aménagement avant un contrôle technique et de remonter le tout juste après l’avoir validé. Autrement dit, vous devrez tout modifier tous les deux ans !
  • Le confort sera obligatoirement réduit, puisque vous ne pourrez pas installer de douche fixe, de systèmes de cuve à eau, de cuisine équipée ou même un chauffage inamovible.
  • La sécurité des installations technologiques sera moindre car vous ne pourrez pas les faire vérifier par les experts lors de l’homologation VASP.

Pour conclure

L’homologation VASP, qui est normalement obligatoire pour être en conformité avec la loi française, peut pourtant être facilement contournée en aménageant son fourgon de manière modulable. Grâce à des meubles qui peuvent être démontés avant chaque contrôle technique, vous pourrez vivre en fourgon aménagé. Vous gagnerez alors du temps en n’étant pas obligé de remplir la fiche RTI et ferez même des économies en ne payant pas l’homologation qui atteint parfois 1000€ ! Pourtant, le fait de circuler dans un van aménagé non homologué comporte son lot d’inconvénients et surtout, de risques. L’assureur peut refuser de couvrir les dégâts lors d’un accident et peut porter plainte contre vous pour fausse déclaration. Vous courez également le risque de vivre au milieu de risques technologiques si vos installations au gaz et électriques comportent des malfaçons. Enfin, vous devrez abandonner un certain confort afin de ne pas montrer que votre van est habité. Oubliez donc les cuves à eau ou le chauffage fixe ! Le fait d’homologuer ou non votre van relève finalement d’un choix personnel. Vous devrez peser le pour et le contre et faire votre choix de manière réfléchie. Mais si, pour vous, aménager votre fourgon est synonyme de gagner en liberté, alors l’homologation pourrait être la seule option qui s’offre à vous car elle vous permettrait de partir l’esprit serein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *