• Menu
  • Menu
Avatar

Calcul de dénivelé en randonnée : on vous l’explique simplement

Le dénivelé est une notion dont on entend très souvent parler dès lors que nous nous intéressons à la randonnée en altitude. Dans un paysage de collines ou montagneux, le dénivelé est même la caractéristique principale pour savoir si tel ou tel parcours est facile ou difficile. Bien qu’il semble simple à comprendre, nous allons voir qu’il cache en fait plusieurs concepts proches mais différents. Puis, nous aborderons quelques méthodes de calcul du dénivelé pour mieux préparer sa prochaine randonnée. Enfin, je vous donnerai plusieurs outils simples à utiliser qui vous permettent de connaître le dénivelé exact de votre parcours. Prêt à connaitre le dénivelé sur le bout des doigts ?

Quelques notions à propos du dénivelé

Selon l’encyclopédie Larousse, le dénivelé est la différence d’altitude ou de niveau entre deux points. Autrement dit, la différence d’altitude entre votre point de départ et votre point d’arrivée peut être considérée comme un dénivelé. Dans le domaine de la randonnée, il faut distinguer plusieurs types de dénivelés différents.

Dénivelé global ou cumulé : les différences

Tout d’abord, deux types de dénivelé permettent de comprendre la nature même de votre parcours de randonnée. Ils sont appelés dénivelé global, d’un côté, et dénivelé cumulé, de l’autre côté. Voici comment différencier ces deux notions floues :

  • Le dénivelé global : il s’agit de la différence d’altitude entre le point de départ de votre randonnée et l’altitude de votre point d’arrivée. Par exemple, le dénivelé global de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc est de 0, puisque le parcours est une boucle. L’altitude d’arrivée est donc la même que celle de départ.
  • Le dénivelé cumulé : cette notion n’a rien à voir avec la première, c’est pourquoi il est nécessaire de les différencier. Le dénivelé cumulé est une addition des dénivelés des multiples montées qui jalonnent votre randonnée. Autrement dit, si vous tentez un parcours en montagne qui comporte 3 montées de 500m chacune, vous obtenez 3 x 500 = 1500m de dénivelé cumulé pour cette marche. Cette notion particulière du dénivelé est très intéressante en contexte de randonnée puisqu’elle vous donne la distance totale d’ascension que vous allez rencontrer. Cela vous donne alors un aperçu de la difficulté de la randonnée.

À propos du dénivelé positif et négatif

Les dénivelés positif et négatif sont des données qui apparaissent presque toujours sur les topoguides ou sur les sites internet de proposition de randonnées comme Visorando. Mais savez-vous vraiment à quoi cela correspond ? Le dénivelé positif évoque une différence d’altitude positive entre deux points. Si vous prenez un sentier qui monte, le dénivelé entre le point de départ et d’arrivée sera positif. À l’inverse, s’il descend, le dénivelé sera négatif. Ce type de dénivelé s’exprime alors en mètres afin d’avoir une notion de quantité fiable. Si, lors d’une randonnée, le dénivelé négatif est de 2000m, alors vous savez que vous rencontrerez de nombreuses descentes sur votre chemin.

Méthodes de calcul des différents types de dénivelé

Mis à part le dénivelé global, qui se calcule en effectuant la différence d’altitude entre les points de départ et d’arrivée, les autres types de dénivelé nécessitent l’utilisation d’un graphique pour mieux comprendre comment tout cela fonctionne.

Calculer facilement le dénivelé cumulé de sa randonnée

Figure 1 : détail altimétrique d’une randonnée ; source : Wikipédia

Sur cet exemple, nous avons sous les yeux une randonnée en montagne qui commence au point A et se termine au point E. Les points B, C et E sont des lieux où l’altitude s’inverse. L’abscisse exprime la distance parcourue alors que l’ordonnée exprime l’altitude à laquelle se situe le randonneur à chaque étape. Pour calculer le dénivelé cumulé de cette randonnée, il suffit d’additionner les différences d’altitude des deux montées, à savoir AB et CD. Cela nous donne 400 + 300 soient 700 mètres de dénivelé cumulé. En conclusion, on peut donc dire que cette randonnée présente une difficulté moyenne.

Dénivelé positif et négatif : méthodes de calcul simples

Pour calculer le dénivelé positif, il vous suffit de prendre l’altitude du point haut d’une côte et de soustraire le point bas de cette dernière. Reprenons la figure 1 et plus précisément la montée AB. Le point B se situe à 500m d’altitude et le point A à 100m. Pour calculer le dénivelé positif de cette côte, vous faites B – A soit 500 – 100 = 400. Le dénivelé positif de la côte AB est de 400m. À l’inverse, le dénivelé négatif de la côte BC est de 500 – 300 = 200m. La méthode de calcul est la même, c’est simplement la notion de positif ou de négatif qui change en fonction de si vous montez ou descendez !

Outils pour connaître le dénivelé d’un parcours

Des outils à la portée de tout le monde sont capables de mettre les données du dénivelé des randonnées à votre disposition. Ces outils peuvent être consultables sur internet, mais aussi au format papier. Tour d’horizon de ces différentes possibilités.

Les sites spécialisés

Comme nous l’avons déjà vu dans notre article traitant des différentes méthodes pour trouver des chemins de randonnée autour de soi, plusieurs sites internet sont complets et faciles à utiliser.

Le site internet de Visorando.com est un exemple assez parlant et clair. Prenons, par exemple, la randonnée de l’Aulp du Seuil, dans le département de l’Isère (voir figure 2 ci-dessous).

Figure 2 : randonnée de l’Aulp du Seuil, dans l’Isère

Comme vous le voyez, Visorando renseigne les dénivelés positif et négatif de tous les parcours. Pour celui-ci, vous devrez monter 832m de dénivelé positif cumulé et 826m de dénivelé négatif cumulé. Plutôt que de le calculer vous-même, le site vous informe déjà sur ces données primordiales dès lors que vous envisagez de partir randonner en montagne. Notez que la notion de difficulté, qui est indiquée pour chaque parcours, est en lien avec la longueur de la marche mais aussi avec le dénivelé cumulé.

Les topoguides

Pour une promenade à la journée ou sur un sentier de grande randonnée (GR), les topoguides édités par la FFRandonnée sont essentiels. Pour chaque étape d’une longue randonnée ou pour chaque boucle, les dénivelés positif, négatif et cumulé sont indiqués. Plutôt que de le calculer vous-même, le fait de l’avoir dès le départ vous permettra d’adapter la journée de marche à vos possibilités physiques. Vous pourrez aussi prévoir les lieux d’étape et de repos à l’avance.

Calculer le dénivelé avec la carte IGN

Figure 3 : détail des courbes de niveau d’une carte IGN ; source : Géoportail

La méthode la plus fastidieuse, mais peut-être aussi la précise pour calculer le dénivelé positif ou négatif de votre randonnée est d’utiliser une carte IGN de randonnée. Comme vous le voyez sur la figure 3 ci-dessus, les courbes de niveau indiquent chacune une altitude précise. Entre deux de ces courbes, il y a une différence de 5m d’altitude, ce qui rend les pentes raides ou douces très visibles. Pour connaître le dénivelé, vous devrez calculer à la main chaque tronçon du parcours. C’est long, mais cela vous permet d’obtenir un résultat très précis. Cette vidéo explicative, réalisée par l’IGN, permet de comprendre facilement le fonctionnement des courbes de niveau sur les cartes :

Après le calcul du dénivelé, l’estimation du temps de randonnée

Le calcul du dénivelé n’est pas vraiment une fin en soi, il permet surtout d’estimer avec d’avantage de précision le temps réel de randonnée que vous vous apprêtez à réaliser. En effet, une erreur commune de débutant est de se baser uniquement sur le nombre de kms à parcourir sans assez tenir compte du dénivelé ou encore de ne pas prendre en compte la difficulté d’un dénivelé négatif, on connaît tous le « ça va, c’est de la descente ».

Pour vous aider, vous pouvez utiliser la notion du kilomètre à l’effort qui permet d’inclure dans le calcul la distance parcourue ainsi que le dénivelé (positif et négatif). Pour que cette formule fonctionne, on considère que :

  • 1km sur le plat = 125m de dénivelé positif = 400m de dénivelé négatif

Et maintenant la formule en question : Kilomètre-Effort = Distance (km) + (dénivelé positif/125) + (dénivelé négatif/400).

Ce qui donne par exemple pour une randonnée de 8km avec 600m de dénivelé positif et tout autant en négatif (imaginons une boucle), le calcul suivant : 8 + (600/125) + (600/400) = 14,3 km à l’effort.

Ensuite, il suffit de diviser le chiffre obtenu (14,3) par votre rythme moyen de marche. Si vous ne savez pas, vous pouvez prendre 4km/heure et donc diviser par 4.

Estimation du temps de randonnée = 14,3 (km effort) / 4 (vitesse de marche moyenne) = 3,5h. On estime donc que pour une randonné de 7km avec 600m de dénivelé (positif et négatif) vous devriez mettre 3 heures et 30 minutes.

Note : si vous êtes plus expérimenté, vous pouvez prendre 5km/h comme rythme moyen dans votre calcul voire 6km/h si vous avez un très bon niveau. Dans tous les cas, il est préférable de se sous-estimer que de se surestimer ! Pensez aussi à ajouter des temps de pause dans ce calcul, la randonné c’est aussi et surtout prendre le temps d’admirer les paysages qui s’offrent à nous !

Enfin, tous ces calculs sont évidemment à mettre en lien avec :

  • Votre niveau de pratique et votre condition physique
  • Votre niveau de fatigue, vous n’aurez pas le même rythme s’il s’agit d’une randonnée à la journée ou si c’est votre 3ème jour de marche
  • Les conditions météorologiques
  • La taille de votre groupe et les différences de niveau, rappelez vous de bien calculer votre temps de randonnée selon le niveau du membre du groupe le plus « faible »

Pour conclure

Par définition, le dénivelé est donc la différence de niveau ou d’altitude entre deux points fixes. Vous pouvez alors parler des dénivelés positif ou négatif, qui traduisent votre volonté de connaître les montées et les descentes de chaque tronçon du parcours. Mais, vous pouvez aussi parler de dénivelé cumulé, qui consiste à additionner l’ensemble du dénivelé positif ou négatif afin d’avoir une idée globale de la difficulté d’une randonnée. C’est pratique pour les balades familiales, afin de les adapter au niveau de pratique, mais aussi pour les randonnées en montagne et les trails. Pour les calculer ou en prendre connaissance, rien de plus simple : les sites internet tels que Visorando mentionnent ce genre de donnée pour chaque parcours. Les topoguides édités par la FFRandonnée sont également à jour et complets de ce point de vue là, tant pour les PR que les GR. Si vous ne possédez qu’une carte IGN sur vous, les courbes de niveau vous permettront aussi de calculer vous-même tous les types de dénivelé qui vous intéressent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *