• Menu
  • Menu

Les 8 nœuds indispensables à connaître en randonnée ou en survie

Que ce soit pour attacher des objets à son sac à dos, sortir quelqu’un d’une zone de danger, se sécuriser lors d’une randonnée ou encore construire un abri, il existe autant de nœuds qu’il existe de situations. Pour un novice en la matière, il est facile de s’emmêler les pinceaux avec tous ces nœuds. Néanmoins, il en existe de base, facile à retenir, et qui peuvent s’adapter à la plupart des situations de survie. Voici donc les 8 nœuds utiles à connaître en randonnée ou en survie.

Les nœuds pour débutants faciles à apprendre

Apprendre les nœuds est un art à part entière. Avec l’infinité de nœuds différents qui existe, un débutant aura du mal à tous les retenir. J’ai donc décidé de vous résumer cet art en 8 nœuds qui, selon moi, s’adaptent à la grande majorité des contextes de randonnée et qui peut compléter le guide de survie en forêt.

Le nœud de chaise : pour s’attacher à un support

Aussi appelé nœud de bouline, le nœud de chaise fait partie des boucles de type non-coulant. Ce nœud marin a la particularité de créer une boucle qui ne serre pas et ce, même sous une forte pression. De plus, il est solide et peut se faire et défaire facilement.

Il peut être utilisé pour s’amarrer à un support temporairement et être retiré rapidement. Aussi, ce nœud est utile pour évacuer quelqu’un d’une zone dangereuse sans risquer de l’opprimer avec un nœud coulissant.

Le nœud de cabestan : pour nouer solidement une corde

Ce nœud marin de type amarrage a la spécificité de pouvoir être réalisé d’une seule main. Malgré tout, le nœud de cabestan n’est pas reconnu pour sa solidité. En effet, celui-ci est fiable quand il est soumis à une tension constante et perpendiculaire au point d’attache. Lorsque le nœud subit des à-coups, il peut se défaire aisément.

Il peut alors être utilisé pour attacher une corde à un support, comme sur une bite d’amarrage ou un arbre.

Même si ce nœud peut être utilisé dans une multitude de situations, il existe presque à chaque fois une alternative plus solide. Néanmoins, c’est sa facilité d’exécution et sa polyvalence qui le rendent aussi populaire.

Le nœud plat : pour réunir deux cordages

En randonnée comme en survie certaines mésaventures nécessitent d’improviser : une de vos cordes se casse, vous n’avez pas de cordages suffisamment long pour une situation donnée ou vous devez nouer un bandage avec deux extrémités d’un tissu. Dans ce cas, le nœud plat peut vous sauver la vie. Celui-ci peut être utilisé comme nœud de jonction ou de capelage. C’est dans ce dernier cas qu’il est le plus recommandé : nouer des lacets ou ficeler un paquet par exemple.

Attention tout de même, ce nœud n’est pas solide et peut se défaire en cas de tension importante ou de secousses régulières. De plus, il ne peut se faire qu’avec deux cordages de diamètre et de rigidité identique, sans quoi les câblages ne se joindront pas correctement. Aussi, assurez-vous que la traction se fait sur deux brins du même côté et non en diagonale pour ne pas qu’il glisse.

De ce fait, si vous avez besoin d’un nœud de jonction solide, par exemple pour effectuer un sauvetage, je vous conseille les nœuds de tisserand ou de pêcheur. Néanmoins, ils sont plus techniques à réaliser.

Le nœud en huit : l’indispensable en cas d’urgence

C’est le nœud d’arrêt par excellence. Il peut s’adapter à presque toutes les situations où un nœud d’arrêt est requis. En plus d’être facile à nouer, il peut se défaire aisément et ce, même quand il est serré ou écrasé. Enfin, dans les circonstances où ce nœud est soumis à de fortes secousses, il est préférable de le réaliser à 20 cm du point d’attache.

Le nœud de huit en double : pour s’attacher en escalade

Dérivé du nœud en huit, il est très utilisé en escalade et en archéologie pour sa facilité de création mais aussi pour sa sûreté. En effet, le nœud de huit en double va être plus difficile à défaire en cas de chute qu’un nœud de chaise. De plus, il est facile à vérifier, ce qui le rend plus accessible pour les débutants.

Vous pouvez alors l’utiliser pour vous sécuriser en cas de randonnée en haute montagne ou dénivelés importants.

Le nœud tendeur : pour monter une toile ou une tente

Aussi appelé nœud de fouet, ce nouage est très utilisé en camping pour tendre une toile, tarp, bâche ou autre matériel de bivouac. Ce type de nœud va pouvoir se mouvoir facilement si aucune tension n’est apportée. Dans le cas contraire, le nœud viendra se bloquer, solidifiant le montage. Malgré tout, il reste facile à défaire puisque dès que la traction cesse, le nœud redevient facilement ajustable et lâche.

Les nœuds de brêlages : pour assembler un abri

Les nœuds de brêlages permettent d’assembler des perches entrent-elles. Cela peut être hautement utile en survie pour construire un abri ou encore en camping si vous devez accrocher deux plans de bois perpendiculairement (fabriquer un étendoir par exemple).

Il y a alors deux nœuds de brêlages à connaître :

  • Carré : pour assembler deux perches perpendiculaires entre elles.
  • En long : afin d’associer parallèlement deux planches entre elles.

Il est essentiel de bien serrer la corde autour des perches dès le départ. En effet, une fois le nœud terminé, vous ne pourrez plus l’ajuster.

Lors de la conception d’un nœud de brêlage, vous serez amené à combiner plusieurs nœuds. Par exemple, dans le cas du nœud de brêlage carré, il commence par un nœud de cabestan.

Pour le nœud de brêlage en long, vous devrez terminer par un nœud plat.

Le nœud de lovage : pour ordonner ses cordes

Les cordes peuvent prendre de la place dans un sac de randonnée et même, s’entremêler. Cela rend leur usage plus éprouvant. Ainsi, pour éviter ce type de déconvenues, il existe une technique appelée nœud de lovage qui permet de ranger correctement les cordes.

Comment s’entraîner à réaliser ces nœuds ?

Avant de partir en randonnée, il est conseillé de bien assimiler les méthodes de réalisation des nœuds.

Le choix de la corde

Plus la corde est épaisse et plus il sera facile de réaliser des nœuds. Ainsi, lors de l’apprentissage de ces techniques, il est conseillé de commencer par un cordage large, comme une corde d’escalade. Celle-ci se vend au mètre dans les magasins spécialisés comme Au Vieux Campeurs, Decathlon ou encore Campz.

Une fois que vous aurez assimilé correctement les différentes méthodologies, vous pourrez continuer l’entraînement avec une paracorde.

Apprendre plus de nœuds utiles en randonnée ou en survie

Une fois que vous connaîtrez par cœur les 8 nœuds essentiels pour la randonnée ou la survie, vous aurez sans doute envie de découvrir de nouveaux nouages. Pour cela, je vous livre mes sites internet préférés qui proposent une large liste de nœuds classés selon leurs usages et leurs nécessités :

  • Mesnoeuds : ce site propose des fiches complètes avec des instructions exhaustives sur plus de 125 nœuds.
  • Lesnoeuds : cette encyclopédie du nœud propose des dossiers extrêmement complets mais payants. Néanmoins, la version gratuite est déjà amplement suffisante pour des débutants ou intermédiaires.

Derniers conseils sur les nœuds utiles à apprendre en randonnée et en survie

La clé de l’apprentissage des nœuds, c’est l’entraînement. Il n’y a pas de secret, plus vous pratiquerez et plus vous serez capables de réaliser des nœuds sûrs rapidement. N’oubliez pas qu’en pleine nature, l’usage d’un nœud mal fait peut, dans certains cas, coûter très cher en termes de sécurité. C’est une erreur de débutants en randonnée très répandue. Ici, j’ai pris le parti de vous proposer des nouages simples à réaliser et qui ne détiennent que très peu de répercussions en cas de mauvais nouement.

Toutefois, plus vous consacrerez du temps à votre formation en amont et plus cela sera bénéfique sur le terrain.

Enfin, pour un meilleur apprentissage, il est préférable de se consacrer à quelques nœuds à la fois. Cela vous évitera de mélanger les différentes techniques par inadvertance. De plus, vous serez plus facilement apte à répéter mécaniquement les différents nœuds.

Maintenant que vous connaissez les 8 nœuds utiles à apprendre en randonnée ou en survie, ainsi que les points clés pour un meilleur apprentissage, vous n’avez plus qu’à vous entraîner ! Alors, à vos nœuds… Prêts… Feu… Nouez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *