• Menu
  • Menu
Avatar

Le top 12 des erreurs de débutants en randonnée

Si vous avez passé du temps dans les bois, vous avez probablement fait des gaffes épiques lors de vos randonnées. Moi, oui. En fait, la seule raison pour laquelle je suis capable de donner des conseils « malins » aux randonneurs, c’est à cause de toutes les erreurs dont on pourrait se moquer que j’ai faites au cours de ces années. À un moment ou un autre, j’ai été victime de chacune des erreurs énumérées ci-dessous (et de beaucoup d’autres !).
J’ai fait toutes les erreurs de sac à dos que l’on peut lire dans les livres, mais j’ai appris de mes erreurs et j’en redemande toujours plus. Parce que peu importe combien ces erreurs ont été dures, les bons moments sur la piste l’emportent toujours sur les mauvais.
Vous voulez nous faire partager vos propres erreurs ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

1. Cuisiner dans votre tente

Cuisiner dans votre tente peut sembler une chose confortable, surtout s’il fait humide et froid dehors. Mais il y a de sérieuses conséquences à prendre en compte avant d’allumer un réchaud dans un endroit clos. Le danger évident est que vous pourriez brûler votre tente, ce qui serait assez désastreux. Les dangers moins visibles, ce sont les fumées de monoxyde de carbone de votre réchaud qui sont toxiques et qui peuvent vous tuer, ce qui serait encore plus désastreux.

Il existe des scénarios où vous avez besoin d’un abri pour cuisiner un repas – comme lors de bivouac d’hiver à la montagne, au cours d’une tempête de neige. Donc, si vous y êtes OBLIGES, cuisinez dans le vestibule de votre tente (et non à l’intérieur de votre tente) et assurez-vous de permettre une bonne ventilation. Si vous ne pouvez pas vous assurer de ces choses, ne cuisinez pas du tout.

2. Mouiller votre sac de couchage

Ceci n’est pas un conseil professionnel très surprenant: Dormir dans un sac de couchage mouillé, c’est la déprime assurée. Vision choquante, non ? Pourtant, cette erreur semble être un rite de passage pour les nouveaux randonneurs. Il est difficile de vraiment percer le mystère de la raison pour laquelle vous avez accepté un jour de dormir dans un sac de couchage mouillé. C’est probablement à ce moment-là que toute sagesse s’évanouit complètement.

 

Vous devez développer une véritable obsession pour garder votre sac de couchage sec. Au premier signe de pluie, placez votre sac de couchage dans un sac étanche à l’intérieur de votre sac à dos. Les sacs poubelle de grande contenance fonctionnent très bien pour cela. Même si votre sac à dos prétend être imperméable à l’eau (peu le sont, en fait), cette protection supplémentaire pour un morceau d’équipement si important en vaut largement la peine.

3. Protégez vos pieds

Peu de choses peuvent ruiner une randonnée aussi rapidement que de vilaines ampoules. Lorsque vous voyagez à pied et que chaque pas vous fait mal, il est difficile de profiter de votre environnement.

Les ampoules sont causées par des frictions, comme le fait de porter des chaussures qui sont trop serrées, trop rigides ou qui frottent contre une zone particulière de la peau. Les ampoules peuvent se développer facilement lorsque vos pieds sont moites et adoucis.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je préfère voyager léger et porter des chaussures de randonnée basses plutôt que des chaussures de marche à tige haute. Ils gardent mes pieds ventilés, confortables et sans ampoules, peu importe jusqu’où je veux faire de la randonnée.

Si vous envisagez de porter des chaussures de randonnée, prenez le temps de les faire bien avant votre randonnée. Aussi, quelle que soit la chaussure que vous choisissez, arrêtez-vous toujours immédiatement si vous ressentez un point qui chauffe et traitez-le immédiatement. Il est facile de continuer une randonnée en supportant la douleur initiale de l’ampoule, mais vous entraînerez alors une aggravation de la situation et une plaie qui sera beaucoup plus douloureuse les jours suivants.

4. Emporter des broutilles

Il y a environ 1300 pas par kilomètre et la nature est rarement plate. N’oubliez pas cela lorsque vous testerez le poids de votre sac dans le confort de votre maison. Il vous faudra peu de temps pour ressentir l’inconfort d’un équipement trop lourd sur la route.

Retirer du poids est une compétence qui vient avec l’expérience et la confiance acquise après des années sur la route. Plus vous en ôterez, plus vous verrez ce dont vous avez besoin, ce que vous n’avez pas, et quels éléments vous pouvez améliorer.

Les pièges courants comprennent emporter trop de vêtements, trop de nourriture, et des extras inutiles comme des chaises de camping, des chaussures de camp, et des équipements de cuisson en excès. Commencez avec « The Big 3 », votre abri, votre sac à dos et votre sac de couchage. L’équipement léger a fait beaucoup de progrès au cours des dernières années. Par exemple, mon sac à dos, ma tente pour deux personnes et mon sac de couchage pèsent un peu plus de 1,8 kg. La randonnée légère rendra votre aventure beaucoup plus agréable.

5. Inonder votre bivouac

Lorsque vous installez votre tente, posez-vous toujours cette question: quand il pleut, où ira l’eau ? Les zones plates semblent toujours être des endroits tentant pour installer son abri, mais elles sont aussi des endroits où l’eau va s’accumuler. S’il commence à pleuvoir dans la nuit, vous pourriez facilement vous réveiller avec quelques centimètres d’eau stagnante dans votre tente, et ceci n’est jamais amusant.

Lorsque vous installez votre abri, recherchez une bonne évacuation de l’eau et ne choisissez jamais un endroit qui laisse à penser qu’il y a déjà eu des inondations. Choisissez des emplacements de camping établis pour minimiser votre impact, campez à au moins 60 m des sources d’eau et évitez les endroits bas dans les vallées pour réduire la condensation et les températures froides.

6. Abandonner des repas faciles aux animaux

Il est choquant pour moi de voir à quel point je vois rarement les randonneurs conserver correctement leur nourriture. Et oui, le stockage approprié de nourriture est une chose très importante – pas seulement pour vous, mais aussi pour la faune. Nourrir les animaux sauvages change leurs habitudes alimentaires et leur apprend à associer les humains à la nourriture. Par exemple, lorsque les ours apprennent à associer les humains à la nourriture, ils doivent souvent être piégés, déplacés et parfois tués.

Le mauvais stockage des aliments équivaut à nourrir les animaux sauvages à la main, alors ne soyez pas ce genre de randonneur. Cela n’est pas difficile à faire et cela vaut le coup de préserver notre faune sauvage. Vous avez plusieurs d’options pour stocker les aliments de façon appropriée. Les boîtes à ours, Ursacks et les sacs à ours correctement accrochés sont des options sérieuses. Regardez la vidéo ci-dessous pour voir ce qui fonctionnera le mieux pour vous.

7. Emporter du matériel non testé

Essayer son matériel est une étape essentielle de la préparation préalable au voyage. N’emportez jamais un objet en randonnée que vous n’avez pas testé au préalable car il est probable que l’un d’eux ne fonctionnera pas. Vous pourriez emporter le mauvais type de combustible de réchaud, emporter une lampe frontale munie de piles déchargées, ou vous retrouver vous-même en difficulté si vous installez une nouvelle tente quand il fait sombre et qu’il pleut.

Évitez ces erreurs et bien d’autres en testant votre équipement au préalable, avant de vous lancer sur la piste. En outre, utilisez une checklist d’équipements légers avant chaque voyage afin de vous assurer que vous n’oubliez pas d’objets importants.

8. Avoir une gestion de l’eau laxiste

L’eau potable est l’un des facteurs les plus importants pour votre survie dans la nature. L’eau est également l’un des produits les plus lourds que vous transportez dans votre sac. Il est donc important de trouver le juste équilibre entre l’hydratation et la réduction de poids lors de vos randonnées. Sachez toujours où se trouve votre prochaine source d’eau et hydratez-vous pendant que vous remplissez vos bouteilles. De cette façon, vous n’aurez pas à porter autant.

Par exemple, remplir une vessie d’hydratation de 3 litres ajoutera 3kg à votre sac. C’est une nécessité absolue si vous faites une randonnée dans le désert, mais c’est un fardeau inutile si vous vous promenez à proximité de rivières propres toute la journée.

9. Bâcler la préparation

La planification d’un voyage prend du temps et ce n’est pas toujours amusant, mais c’est extrêmement important, surtout pour les débutants. La planification du voyage vous aidera à éviter d’innombrables bévues qui peuvent faire complètement déraper votre voyage. Pendant la phase de planification du voyage, vous trouverez les bonnes cartes, vous obtiendrez des permis, connaîtrez les conditions actuelles (neige, feux, insectes, etc), en apprendrez davantage sur les fermetures de sentiers ou les interdictions de feu, et bien plus encore.

Ne pas connaître l’une de ces choses pourrait facilement ruiner votre voyage ou vous tenir à l’écart de la piste. Survoler tout ceci peut sembler une bonne idée, jusqu’au moment où vous vous perdez sur un sentier, où vous n’ayez pas le bon permis et où vous découvrez qu’un baril anti-ours est nécessaire pour le stockage des aliments.

10. Ignorer la météo

Le temps dans le désert est intrinsèquement imprévisible. Les températures dans les montagnes peuvent rapidement chuter et les conditions météorologiques peuvent, d’un temps agréable, se dégrader plus rapidement que vous ne le pensez. Etre exposé au mauvais temps sans avoir l’équipement approprié est l’un des scénarios les plus dangereux pour tout randonneur, alors ne vous mettez pas dans de telles situations.

Même si les prévisions annoncent du soleil, emportez une veste de pluie légère. Les soirs et les matins sont presque toujours frais dans les bois, donc emportez une veste chaude, un chapeau et des gants à chaque voyage. Si vous n’êtes pas préparé pour le temps humide et froid, vous ne devriez pas randonner dans les bois. Un point c’est tout.

11. Vous passez de compétence en navigation

Savez-vous comment utiliser une carte et une boussole ? Savez-vous quoi faire si vous vous perdez dans la nature ? Savez-vous comment vous signaler pour demander de l’aide et comment maximiser vos chances de trouver d’autres personnes ? Sinon, vous allez vous mettre dans une position vraiment difficile.

Chaque randonneur devrait avoir des compétences de base en navigation. Si vous ne les avez pas, vous ne devriez vraiment pas faire de randonnées. Ne vous mettez jamais en position de faire l’expérience de ce que l’on ressent lorsqu’on est vraiment perdu dans la nature sauvage. Les conséquences peuvent être désastreuses.

12. Laisser une trace

Les compétences pour faire des randonnées LNT (Leave no Trace) ne sont pas sexy, mais elles sont essentielles. Plus nous voyageons dans des zones sauvages, plus nous avons d’impact sur les plantes et les animaux qui vivent dans ces endroits. Si nous ne faisons pas notre part pour minimiser notre impact, nous ruinerons nos zones sauvages les plus préservées.

Voici quelques conseils simples : n’utilisez pas de savon biodégradable dans ou près de sources d’eau,  emportez tous vos déchets, creusez un trou pour enterrer vos excréments, suivez les règlements relatifs aux incendies, conservez votre nourriture correctement, ne nourrissez pas les animaux. Apprenez à connaître les règles de la région dans laquelle vous voyagez et suivez-les.

Ce sont des détails simples, mais vous seriez surpris de voir combien de randonneurs ne les connaissent pas ou ne les appliquent pas. Alors, faites votre part pour aider à garder nos zones sauvages aussi sauvages que possible.

Faites votre paquetage

Aussi dur que vous puissiez essayer, il y a de fortes chances que vous fassiez des gaffes monumentales en randonnée, au fil des années. Lorsque des erreurs se produisent, apprenez d’elles, faites les ajustements nécessaires et reprenez la route. Après tout, les moments amusants que vous passez sur la piste surplanteront toujours les moments où vous vous serez retrouvé coincé dans la boue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *