• Menu
  • Menu

Comprendre et suivre le balisage en randonnée

Que vous partiez faire une balade d’une heure en famille ou que vous soyez décidé(e) à tenter un GR, savoir reconnaître et suivre le balisage de votre randonnée sera véritablement une base. Le point positif, c’est qu’en France, la Fédération Française de Randonnée (FFRandonnée) a mis en place un code simple à comprendre pour éviter de se perdre. Classé en trois types de sentiers, le balisage de la FFRandonnée ne doit surtout pas être confondu avec d’autres balisages différents de ceux prévus pour la randonnée pédestre. Pour être sûr de toujours trouver son chemin, un équipement spécifique sera requis en plus du balisage officiel. Voyons ensemble comment le comprendre, le suivre et le compléter !

Le balisage en randonnée : c’est quoi ?

Après avoir lu notre article traitant de la manière de trouver un chemin de randonnée autour de soi, vous souhaitez maintenant comprendre comment fonctionne le balisage officiel de la FFRandonnée. Rien n’est plus simple !

Un code officiel de la FFRandonnée

Le balisage officiel de la FFRandonnée est un code utilisant des formes géométriques et 3 couleurs permettant d’indiquer la direction à emprunter sur un sentier de randonnée français. Il est présent sur les 90.000 kilomètres de chemins de promenade et les 90.000 kms des chemins de grande randonnée recensés par la fédération. Que vous vous promeniez en Bretagne, en Alsace ou même en Martinique, le balisage sera donc exactement le même ! En 2020, plus de 8000 bénévoles de la fédération mettent à jour le balisage, imaginent de nouveaux sentiers ou modifient les éventuelles erreurs qui ont été commises auparavant.

Savoir reconnaître le balisage pour la randonnée pédestre

Figure 1 : le balisage de la FFRandonnée n’utilise que trois types de code différents.

Voyons maintenant plus en détails comment reconnaître ce fameux balisage national. Dans les faits, celui-ci se divise en 3 codes différents :

  • Le code blanc et rouge : il indique uniquement la direction des sentiers de grande randonnée (GR), comme le fameux GR20 en Corse. Si vous suivez ce type de balisage, vous suivrez donc un chemin long de plusieurs centaines de kilomètres qui traverse plusieurs régions, voire plusieurs pays.
  • Le code jaune et rouge : celui-ci est une variante du premier. Il est le balisage des « GR de pays », ces fameux sentiers français qui restent au sein d’une entité géographique ou culturelle homogène.
  • Le code jaune : ce dernier code est celui qui se voit pratiquement partout. C’est celui qui balise les chemins de promenade et de randonnée abrégés en PR. Si vous cherchez un sentier de promenade familial, c’est ce balisage que vous devrez suivre.

Quelques balisages à ne pas suivre

Vous avez déjà dû remarquer que le balisage de la FFRandonnée était souvent placé parmi d’autres balisages qui n’ont rien à voir avec la randonnée pédestre. Voici donc quelques balisages que vous trouverez mais que vous ne devrez pas suivre !

Figure 2 : balisages des chemins de VTT

Sur la figure 2, vous pouvez voir le balisage officiel des chemins de VTT, qui sont parfois interdits aux randonneurs ! Omniprésent sur nos chemins de campagne, ce balisage ne doit donc pas être pris en compte dans le cas présent.

Figure 3 : balisage des chemins de randonnée équestre.

Celui-ci est le balisage qui ressemble le plus à celui des sentiers de promenade et de randonnée (PR). Ils sont même identiques mais seule la couleur varie : les chemins PR sont en jaune et le balisage des chemins de randonnée équestre est en orange. À la lumière du soleil ou au gré des années, ils sont parfois difficiles à différencier. Prudence donc !

Figure 4 : Marques de bucherons sur les arbres.

Si vous avez déjà marché en pleine forêt, vous avez dû les remarquer. Les codes de bucheronnage sont fréquents et peuvent ressembler au balisage de la randonnée pédestre. Sous la forme d’un trait horizontal ou d’une croix, ils ne doivent surtout pas être pris en considération. Prudence dès que votre chemin de randonnée aborde un sous-bois !

Savoir suivre le balisage lors d’une randonnée

Maintenant que nous avons vu les 3 codes couleur de la randonnée pédestre, penchons-nous désormais sur les différentes formes géométriques et leur signification.

Signification des formes géométriques du balisage officiel

Figure 5 : les différents types de balisage pour la randonnée pédestre.

Comme vous pouvez le voir sur la figure 5, ci-dessus, il existe 4 types de signes à connaître pour savoir suivre le balisage de la FFRandonnée :

  • Bonne direction : lorsque vous voyez ce signe, ne changez pas de direction car vous êtes sur la bonne voie.
  • Tourner à gauche ou à droite : Là encore, pas d’équivoque, suivez la direction indiquée par le balisage.
  • Mauvaise direction : visible par une croix, il vous indique que la direction que vous vous apprêtiez à prendre n’est pas la bonne. Attention, contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, il ne vous ordonne pas de faire demi-tour. Le chemin à prendre se situe peut-être simplement à quelques mètres de la voie que vous étiez prêt à suivre.

Trouver ces signes dans l’environnement

Le but d’un balisage, c’est d’indiquer précisément des données au randonneur. Pour cela, les bénévoles de la FFRandonnée placent les signes de manière à les rendre très visibles voire immanquables lorsque vous passez à côté de l’un d’eux. Mais savez-vous quels sont les différents supports utilisés fréquemment pour les indiquer ? Voici les principaux :

  • Les panneaux de signalisation : Les panneaux du Code de la Route ou ceux indiquant des communes ou des lieux-dits présentent fréquemment des signes de balisage de la FFRandonnée. Sur ces panneaux, ils sont placés sous la forme de stickers la plupart du temps.
  • Les arbres ou éléments naturels : En pleine forêt, il n’est pas rare de tomber sur des balisages de PR ou de GR mis en peinture sur les arbres. En rase campagne, vous en trouverez sur des rochers ou d’autres éléments naturels immuables.
  • Les feux de signalisation ou les réverbères : en ville ou dans les villages, ces deux éléments sont rarement remplacés et servent donc bien souvent d’emplacements de balisage pour la randonnée pédestre.
Figure 6 : le balisage peut être ténu à certains endroits, pensez à rester attentif !

Aller plus loin que le balisage

Savoir reconnaître, comprendre et suivre le balisage mis en place par les bénévoles de la FFRandonnée est déjà une étape-clé pour randonner en toute sécurité. Mais ce n’est pas suffisant car ce système, bien qu’excellent, comporte plusieurs failles. Tour d’horizon de ces dernières et comment faire pour éviter de se perdre !

Limites du balisage officiel de la FFRandonnée

Mis en place depuis plusieurs dizaines d’années, ce système du balisage des quelques 180.000 kms de sentiers de randonnée de l’Hexagone éprouve quelques difficultés sur le terrain. Parfois, des tronçons entiers d’un parcours peuvent changer à cause de nombreux facteurs. Mais, le balisage, lui, ne change parfois que des années après. Lorsque vous arrivez sur place et que vous pensez être sur le bon sentier, vous vous rendez en fait compte que celui-ci est devenu obsolète. De même, il arrive parfois, sur certains GR, que des pans entiers du parcours soient impraticables à cause de phénomènes météorologiques intenses et imprévisibles. Le fait de baser votre marche uniquement sur ce balisage fera que vous serez perdu dès lors que vous rencontrerez ce type d’imprévu. C’est dans ces moments que le matériel d’orientation contenu dans votre sac à dos peut vous sauver la mise !

Savoir emporter le matériel pour trouver son chemin

En randonnée, le meilleur moyen de ne pas se perdre est de savoir s’orienter en ne se basant pas uniquement sur le balisage du parcours. Voici le matériel peu cher mais indispensable pour vous en sortir à tous les coups :

  • Le Topoguide du parcours : édités par la FFRandonnée elle-même, les célèbres Topoguides vous donnent toutes les informations importantes à propos d’une boucle, d’un sentier de type PR ou même d’un GR. Vous les trouverez au format papier ou numérique sur le site internet de la FFRandonnée.
  • La carte IGN : La société IGN édite des cartes de topographie à l’échelle 1 : 25.000e spécifiquement pour la randonnée pédestre. Pour les GR, ne partez surtout pas sans emporter la carte IGN adéquate ! Vous pouvez trouvez vos cartes IGN plastifiées pour éviter les catastrophes en cas d’intempéries.
  • Une boussole : elle vous aidera à vous repérer par rapport aux points cardinaux et surtout par rapport à votre carte IGN. Vous pourrez alors mieux visualiser votre emplacement actuel et le chemin que vous devrez faire pour retrouver le sentier d’origine. Decathlon propose une boussole avec règle incorporée afin de comprendre l’échelle de votre carte pour seulement 10€ !
  • Une paire de jumelles : on y pense rarement, mais les jumelles vous aideront à voir un chemin de randonnée dans le lointain ou un quelconque panneau sur lequel il pourrait y avoir le balisage.

Conclusion

Savoir reconnaître, comprendre et suivre le balisage est relativement simple en France. Grâce aux 8000 bénévoles de la FFRandonnée, les sentiers de GR et de PR sont balisés avec un code à formes et à couleurs. 3 couleurs vous indiquent le type de parcours que vous empruntez : GR, GR de pays et PR. De plus, seuls 4 signes distincts vous indiquent la marche à suivre : bonne direction, tourner à gauche, tourner à droite et mauvaise direction. Mais après un certain nombre d’années ou à cause de phénomènes météorologiques imprévisibles, le balisage s’avère parfois obsolète, voire illisible. Il faut alors savoir dépasser la simple compréhension du balisage afin de ne jamais se perdre. Un matériel adapté, composé d’un topoguide, d’une carte IGN, d’une boussole et de jumelles, vous aidera à toujours retrouver votre route. Maintenant que vous savez tout, les chemins de randonnée français n’attendent plus que vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *