• Menu
  • Menu

Un trek au Népal : notre guide

Le Népal est l’un des pays les plus beaux de la planète. C’est un endroit où d’imposants sommets blancs touchent le ciel, où des moines méditent paisiblement dans d’anciens monastères à flanc de montagne, et où des yaks lourds transportent des marchandises dans des villages pittoresques, largement déconnectés du monde extérieur. Pour le dire simplement, le Népal est un rêve devenu réalité pour tout randonneur.

En rapport à toute cette grandeur et cette immensité, la planification d’un trek au Népal n’est pas aussi difficile que vous pourriez le penser. Le tourisme de trekking est populaire au Népal depuis des décennies et les Népalais sont d’excellents hôtes. Katmandou compte des centaines de sociétés de guides de qualité et les «maisons de thé» apportent un niveau de confort véritablement nouveau dans les zones rurales. Une randonnée au Népal est largement accessible, abordable et absolument inoubliable, y compris pour ceux qui ont peu d’expérience

Donc, si vous aimez les vues magnifiques, les cultures rayonnantes et l’aventure épique, il y a de fortes chances que vous tombiez amoureux du Népal. Nous espérons que vous trouverez ce guide utile pour préparer votre prochain voyage.

LE MEILLEUR MOMENT POUR LE TREK

Techniquement, vous pouvez faire de la randonnée au Népal toute l’année, mais la plupart des randonneurs choisissent entre deux saisons de randonnée, entre les pics de l’automne et du printemps. Si c’est la première fois que vous faites du trekking au Népal, nous vous recommandons de visiter ce pays pendant l’une de ces saisons de pointe. Les sentiers seront plus fréquentés, mais selon nous, les avantages en valent la peine.

Automne (octobre – novembre)

C’est la saison de trekking la plus populaire au Népal. Pendant cette période, vous aurez de meilleures chances d’avoir une vue dégagée sur les montagnes, un ciel ensoleillé, des températures douces et peu de précipitations. L’inconvénient, c’est que vous partagerez la piste avec quantité d’autres touristes et que les maisons de thé seront pleines, surtout le long des routes les plus populaires.

Printemps (mars – avril)

Le printemps est la deuxième période la plus populaire de l’année au Népal. Alors que le manteau neigeux fond sur les cols de haute montagne, des rhododendrons géants fleurissent sur les collines du Népal. Les températures sont généralement douces en cette période de l’année et cette période constitue un bon moment pour observer également la faune. Les deux principaux inconvénients de la randonnée printanière sont des sentiers très empruntés et la possibilité d’avoir un ciel brumeux, ce qui peut masquer les vues sur les montagnes. Ceci dit, les cieux brumeux sont un problème minime si vous montez en altitude.

Faire du trekking en dehors des saisons de pointe au Népal peut être aussi enrichissant. La solitude se trouve plus facilement, les prix sont moins chers, et l’amitié avec les habitants est aussi plus facile. Ceci dit, il existe des inconvénients importants à un trekking en dehors des saisons de pointe au Népal. Ne soyez pas trop difficile lors du choix de vos dates de voyage.

Hiver (décembre – février)

Les randonneurs peuvent trouver des journées ensoleillées et des vues sur les montagnes brillantes en cette période de l’année. Cependant, les températures peuvent être très froides, les heures diurnes sont plus courtes et les tempêtes hivernales rigoureuses peuvent perturber vos plans de voyage sans que ceci puisse être prévisible. En outre, de nombreux sentiers populaires ne seront pas accessibles à cette période de l’année en raison de fortes chutes de neige à haute altitude.

Le trekking pendant les mois de mousson (mai – septembre)

Il n’est généralement pas conseillé. Les pluies de mousson apportent des glissements de terrain et un lavage des sols au Népal. Le premier rend les voyages en montagne très difficiles (voire dangereux) et le second est juste pénible et désagréable. Le temps peut également être chaud et humide en cette période de l’année et les montagnes sont souvent obscurcies par les nuages.

LES TREKKING DE « TEA HOUSES » (Maisons de thé)

L’une des raisons pour lesquelles le Népal est un endroit incroyable pour faire de la randonnée, c’est la culture du trekking. Les maisons de thé (Tea Houses) sont essentiellement de petites maisons de montagne espacées fréquemment le long des sentiers populaires. Sur la plupart des sentiers des régions de l’Everest, de l’Annapurna, du Manaslu et du Langtang, vous trouverez une maison de thé toutes les heures ou deux. C’est l’endroit idéal pour rencontrer d’autres voyageurs, manger un repas cuisiné à la maison, se réchauffer les orteils près du feu, et coucher pour la nuit.

Lors d’une randonnée de ce type, vous dormirez tous les soirs dans l’une de ces guesthouses et vous mangerez presque tous vos repas dans des maisons de thé. Les hébergements sont généralement simples, confortables et très abordables. Les hôtes s’attendent à ce que vous y preniez vos repas, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles les chambres sont si bon marché. Les maisons de thé vendent également des collations, des bonbons, des douches chaudes, de la bière, et parfois même un wifi assez décent.

La plupart des maisons de thé coûtent environ 3-4 € par nuit et peuvent être réservées à l’arrivée. La configuration habituelle est une petite chambre avec deux lits jumeaux et une salle de bain partagée dans le couloir. Certaines maisons de thé ont des chambres avec salle de bains attenante, mais vous devrez probablement payer un supplément pour ce surclassement. Des couvertures peuvent être fournies, mais nous recommandons la randonnée avec un sac de couchage pour la chaleur, le confort et la propreté.

Pour ceux qui sont à la recherche de randonnées dans les régions les plus reculées du Népal, des parcours peuvent être organisés par la plupart des agences de trekking à Katmandou. Cette option sera plus chère et plus complexe à organiser, mais pourrait vous offrir un trek unique et enrichissant. Cependant, les randonnées en bivouac ne sont pas aussi populaires que les randonnées dans les maisons de thé et le bivouac ne se fera pas nécessairement sur un itinéraire de maisons de thé.

LES TREKS DE MAISONS DE THE LES PLUS POPULAIRES

Il serait impossible d’énumérer tous les sentiers fantastiques et uniques au Népal. Donc, au lieu de cela, nous voulions mettre en évidence quelques-unes de nos randonnées favorites et quelques recommandations populaires. Ces itinéraires de trekking de maisons de thé sont tous des treks exceptionnels et ils sont un bon endroit pour commencer.

Camp de base de l’Everest

  • 14-16 jours
  • Difficulté: modérée à difficile
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • C’est la route de trekking la plus populaire au Népal, et avec raison. Marchez sur les traces des plus célèbres grimpeurs du monde et profitez d’une vue spectaculaire sur l’Everest depuis le sommet de Kala Patthar.

Circuit de l’Annapurna

  • 12-16 jours
  • Difficulté: modérée à difficile
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • Un trek extrêmement populaire et magnifique avec une grande variété. Cet itinéraire combine des paysages de montagne spectaculaires avec une culture d’influence tibétaine et culmine à l’un des plus hauts cols de trekking au monde, le Thorong La.

Camp de base de l’Annapurna

  • 7-10 jours
  • Difficulté: modérée
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • Un trek fantastique pour ceux qui ont un temps limité et qui veulent encore faire l’expérience d’un extraordinaire amphithéâtre himalayen de montagnes. Il s’agit également d’une randonnée à plus faible altitude, ce qui peut mieux convenir à ceux qui s’inquiètent de l’altitude ou pour la randonnée hors saison.

Boucle des trois passes de l’Everest

  • 18-20 jours
  • Difficulté: difficile
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • Pour ceux qui ont le temps et la capacité physique, c’est l’un des itinéraires de trekking les plus spectaculaires de la planète. Découvrez les points forts du parcours du camp de base de l’Everest et les magnifiques lacs Gokyo sur cette boucle épique et de plus en plus populaire.

Langtang Valley

  • 7-9 jours
  • Difficulté: modérée
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • Parmi les itinéraires de trekking les plus populaires au Népal. Cette région a été durement touchée par le tremblement de terre de 2015, mais elle est sur le point de se relever. Les randonneurs qui cherchent à éviter les foules doivent s’intéresser de près à cette randonnée pleine de culture tibétaine, de diversité naturelle et de paysages himalayens fantastiques.

Circuit de Manaslu

  • 16-18 jours
  • Difficulté: modérée à difficile
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • Ce trek offre un paysage de montagne spectaculaire couplé à une culture tibétaine riche et authentique. Bien que Manaslu gagne en popularité, il voit encore une fraction des voyageurs attirés par les treks de l’Everest et de l’Annapurna. En outre, si vous avez le temps, vous ne devez pas passer à côté d’un détour par la vallée de Tsum.

Lacs Gokyo

  • 10-12 jours
  • Difficulté: modérée à difficile
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • C’est un grand trek pour ceux qui cherchent à éviter la foule de randonneurs qui se dirigent vers le camp de base de l’Everest mais qui sont néanmoins à la recherche des paysages majestueux de l’Everest. Les vues depuis le sommet de Gokyo Ri sont peut-être les meilleures de tout l’Himalaya.

Upper Mustang

  • 10-12 jours
  • Difficulté: modérée à difficile
  • Meilleur moment: mai-octobre
  • Cette région, fortement influencée par les Tibétains, regorge de culture et de vues panoramiques sur l’Himalaya. Les paysages de montagne uniques et arides de cette région en font un bon choix quand d’autres régions sont trempées par les pluies de la mousson. Ceci est une zone réservée et les permis sont chers.

Poon Hill

  • 4-5 jours
  • Difficulté: facile à modérée
  • Meilleur moment: mars-avril et octobre-novembre
  • Ce charmant trek d’altitude est une option populaire parmi les grimpeurs professionnels à la recherche d’un aperçu plus court de la culture népalaise du trek. La route n’est pas aussi éloignée par rapport beaucoup de trek, mais les paysages depuis Poon Hiil sont cependant à couper le souffle.

ÉVALUATION DE LA DIFFICULTÉ

La difficulté de trekking dépendra d’une multitude de facteurs comprenant votre expérience, forme physique, poids de paquet, et conditions atmosphériques. Il existe de nombreux types de randonnées au Népal avec différents degrés de difficulté. Assurez-vous de choisir un trek qui correspond à votre niveau de forme physique et entraînez-vous adéquatement avant votre randonnée.

Les randonnées au Népal ne sont pas techniques (pas de cordes, de piolets ou de crampons), mais vous aurez toujours des hauts et des bas. Il y aura sûrement de longues journées et des jambes douloureuses, mais les randonnées au Népal sont rythmées et donnent beaucoup de temps au repos et à l’acclimatation, alors ne vous inquiétez pas. Ce ne sera certainement pas facile, mais les randonneurs les plus actifs ne ressentent aucune difficulté sur les sentiers du Népal, surtout avec un entraînement préalable.

Les porteurs sont à prendre en compte pour réduire la difficulté de votre trek. Un porteur peut être embauché pour transporter de l’équipement lourd, donc tout ce que vous aurez à emporter, c’est un petit sac à dos. Cette option augmente considérablement l’accessibilité des sentiers du Népal. Nous avons été surpris et impressionnés par le nombre de personnes dans la cinquantaine, la soixantaine et même au-delà que nous avons rencontrées sur notre route.

TREK INDÉPENDANT OU AVEC GUIDE

C’est une question importante pour de nombreux randonneurs et le choix dépendra probablement de votre expérience et de vos préférences personnelles. Si vous êtes un randonneur très expérimenté, voyageant le long d’un itinéraire populaire (circuit de l’Annapurna, camp de base de l’Everest, etc.), il est probable que vous vous en tirerez très bien sans guide. Cependant, les guides népalais apportent bien plus que la simple gestion de la logistique. Un bon guide peut vous aider à en apprendre plus sur la culture locale et peut même devenir un ami proche.

Pour de nombreuses routes populaires de trekking dans les régions de l’Annapurna et de l’Everest, vous n’aurez pas besoin d’embaucher un guide. Ces sentiers sont la plupart du temps bien marqués et voient passer beaucoup de voyageurs. Cela laisse la porte ouverte aux randonneurs expérimentés pour une randonnée autonome, ce qui est un avantage appréciable pour ceux qui ont les compétences et le savoir-faire. Si vous n’êtes pas sûr de votre état d’entraînement ou si vous êtes un peu nerveux au sujet de la sécurité à haute altitude, nous vous recommandons d’engager un guide. En outre, pour les treks dans n’importe quelle zone à accès restreint, vous devrez engager un guide.

Si vous envisagez de faire une randonnée indépendante, assurez-vous d’avoir une bonne carte, les bons permis et un bon guide avant de quitter Katmandou (voir la carte et la section du guide ci-dessous). En outre, attendez-vous à consacrer beaucoup de temps à la préparation de votre randonnée.

Les avantages d’un trek avec guide
Tous les détails avant le voyage sont réglés (permis, frais, etc)
Tous les transports sont organisés (bus, avion, jeep, etc)
Vous n’avez pas à vous soucier des détails de la randonnée (hébergement, itinéraire, horaire, etc)
Conseils et sécurité assurés lors d’une randonnée en haute altitude
Informations locales sur la religion, la culture, la nourriture, etc

Les avantages d’un trek indépendant
Peut s’avérer beaucoup moins cher
La randonnée se fait à votre rythme
Interaction plus directe avec les locaux
Plus de choix sur l’endroit où rester et où manger (bien que les guides connaissent généralement les meilleurs endroits)
Aucune dynamique de groupe à prendre en compte, il n’y a que vous et la piste

GUIDES ET PORTEURS

Les guides et les porteurs sont très courants au Népal (mais pas toujours obligatoires) et les prix sont assez compétitifs. En général, un guide coûtera environ 20-25€ par jour et un porteur coûtera environ 7-12 € par jour. Un guide vous aidera avec la logistique, l’information et la sécurité pendant votre trek. Un porteur transportera du matériel lourd, ce qui vous permet de faire de la randonnée en portant seulement un petit sac à dos.

Si vous choisissez de faire un trek avec un guide, assurez-vous qu’il parle couramment l’anglais, car il sera le point de repère de votre randonnée. Il gérera le transport, l’hébergement, la nourriture, l’horaire des randonnées, les itinéraires et la sécurité sur le sentier. Votre guide sera également une excellente source d’information sur la culture locale, les coutumes, les festivals et les normes à respecter. Un bon guide peut être une ressource extrêmement utile sur le sentier et il peut même devenir un ami pour la vie.

Les porteurs sont aussi utiles et très courants le long des sentiers au Népal. Les porteurs ont pour tâche de transporter de l’équipement lourd, et donc vous n’aurez pas à le faire. Ceci est particulièrement bénéfique pour les randonneurs plus âgés, les randonneurs débutants ou les groupes avec enfants. Rappelez-vous, même si vous décidez de faire du trekking avec un porteur, qu’il est très important de garder le poids de votre équipement au minimum. Les porteurs ont un travail absolument éreintant, alors s’il vous plait, ne leur compliquez pas la tâche.

Aussi, assurez-vous de donner un pourboire à votre guide et à vos porteurs. Celui-ci doit se monter à environ 15% du total que ce que vous avez payé pour leurs services. Remettez l’argent directement à chaque personne pour s’assurer qu’ils reçoivent intégralement ce paiement. Les guides et les porteurs ont un travail très difficile et ils obtiennent souvent une rémunération étonnamment faible pour celui-ci.

COMPAGNIES DE TREKS

Il y a littéralement des centaines d’entreprises de treks à Katmandou et beaucoup d’entre elles sont très bonnes. En cherchant un peu en ligne (essayez TripAdvisor), vous devriez être en mesure de trouver une compagnie hautement qualifiée pour vous aider à planifier un trek. La plupart des compagnies planifient des randonnées à l’avance, mais vous pouvez également vous envoler jusqu’à Katmandou et planifier un trek en personne avec une étonnante facilité. Planifier les choses en personne exigera plus de souplesse, mais vous vous épargnerez probablement une bonne partie des modifications et aurez l’occasion d’interviewer des guides avant votre voyage.

TREKS EN GROUPE OU SOLO

Certaines entreprises de trekking offrent des forfaits de groupe pour les randonnées les plus populaires. Cela peut être un bon moyen pour les voyageurs en solo et les couples de rencontrer d’autres randonneurs et d’économiser un peu d’argent dans cette démarche. Mais il y a aussi des inconvénients à voyager avec un grand groupe alors assurez-vous de savoir dans quoi vous vous engagez avant de vous inscrire. Beaucoup de randonneurs (y compris nous) préfèrent la randonnée en petit groupe ou avec un guide personnel. Ce type de voyage vous offrira plus de flexibilité et vous permettra de faire moins de compromis pendant votre randonnée.

LIVRES ET CARTES POUR VOUS GUIDER

Pour la préparation générale du voyage et la recherche, nous vous recommandons fortement de lire l’ouvrage Trekking in the Nepal Himalaya. Ce livre couvre tous les sentiers populaires et certains itinéraires moins populaires aussi. Il contient des informations extrêmement utiles sur la randonnée, l’hébergement, la nourriture et les conseils pour votre voyage au Népal. Nous avons utilisé ce livre presque tous les jours sur les chemins (nous avions pris des photos des pages avec nos téléphones pour en économiser le poids) et nous l’avons trouvé très utile.

Une fois que vous décidez d’un trek, il vous sera facile de trouver des cartes et des guides spécifiques lorsque vous arrivez à Katmandou. Il suffit de se promener autour de Thamel (le principal centre touristique de Katmandou) et vous trouverez beaucoup de librairies pour les randonneurs, proposant les ressources les plus à jour.

Assurez-vous qu’au moins un membre de votre groupe porte une carte détaillée de votre randonnée. Vous n’aurez peut-être pas besoin de beaucoup plus pour la navigation (les itinéraires les plus populaires sont bien indiqués), mais cela sera toujours utile. En outre, un bon ouvrage avec des descriptions détaillées des sentiers peut également être utile. Il est bon de savoir quels sont les défis qui nous attendent et de nous réjouir des aventures à venir.

SÉCURITÉ PENDANT LE TREK

Lorsque vous faites de la randonnée au Népal, vous vous dirigez vers des régions éloignées, loin d’hôpitaux fiables. C’est pourquoi il est important de prendre toutes les précautions avant de partir. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils de sécurité pour la randonnée au Népal.

  • Renseignez-vous sur le mal aigu des montagnes (MAM) (plus d’informations ci-dessous). Prenez les jours d’acclimatation prescrits sur les treks d’altitude, restez hydraté et écoutez votre corps.
  • Les évacuations en hélicoptère ne sont pas rares au Népal et beaucoup d’entre elles peuvent être évitées. Ce type d’évacuation peut être incroyablement coûteux, c’est pourquoi nous vous recommandons de souscrire une assurance “voyage pour trek” avant votre voyage.
  • Ne pas marcher seul. Si vous voyagez en solo, pensez à embaucher un guide ou à vous faire des amis pour faire de la randonnée.
  • Soyez toujours très attentif aux conditions météorologiques, en particulier lorsque les journées sont longues. Des tempêtes peuvent se développer rapidement dans les montagnes et peuvent être fatales si vous n’êtes pas préparé.
  • Marchez toujours avec une trousse de premiers soins légère et les 10 équipements essentiels du sac à dos.
  • Indiquez un itinéraire détaillé, un contact d’urgence et écrivez les numéros de téléphone importants sur un papier qui sera facile à trouver en cas d’urgence.
  • Lorsque vous rencontrez des caravanes de yaks ou d’ânes, déplacez-vous vers l’intérieur (loin de toute falaise) et laissez-les passer. Ces animaux peuvent parfois être maladroits et peuvent tomber sur vous.
  • Le crime n’est pas commun au Népal, mais il n’est pas non plus inconnu. Surveillez de près vos effets personnels, en particulier votre sac à dos rempli d’objets de valeur.
  • Emportez toujours suffisamment d’eau sur le chemin et restez hydraté. Emportez aussi un purificateur d’eau (plus d’informations ci-dessous) pour vous assurer que l’eau potable l’est véritablement.
  • Gardez vos yeux sur la piste pour éviter les faux pas qui pourraient mettre fin à votre randonnée.
  • Soyez très prudent autour des zones de glissement de terrain et d’avalanche. Consultez un guide ou des locaux si une traversée semble difficile et ne prenez pas de risques inutiles. Rebrousser chemin est toujours une option à considérer.

SÉCURITÉ EN HAUTE MONTAGNE

Si vous faites du trekking au Népal, il y a de fortes chances que vous atteigniez des altitudes élevées. Il est donc important de connaître les bases de la randonnée en haute montagne. Le mal aigu des montagnes (MAM) n’est pas une blague, et si vous prenez des décisions imprudentes ou en ignorez les symptômes, il pourrait même vous tuer. La plupart des randonneurs prennent le temps de s’acclimater correctement et ressentent des symptômes limités du MAM. Le cas échéant, il n’y a donc pas besoin de paniquer. Mais vous devez comprendre le MAM et le prendre au sérieux.

ASSURANCE DE VOYAGE

Nous vous recommandons fortement de vous couvrir par une assurance voyage si vous prévoyez de faire un trek au Népal. En ce qui nous concerne, nous ne partirions jamais au Népal sans elle. La plupart des endroits où faire du trekking au Népal sont très isolés, si donc quelque chose se passe mal, vous aurez probablement besoin d’une évacuation d’urgence, et cela peut se révéler incroyablement cher.

Lorsque vous choisissez une assurance voyage, assurez-vous de prendre une protection qui couvrira les randonnées en haute montagne et les évacuations en hélicoptère au Népal.

CONDITIONS POST-SISMIQUE

Le Népal a été frappé par un énorme tremblement de terre en avril 2015. Des milliers de personnes sont mortes dans la catastrophe et de nombreux dommages ont affecté de nombreux temples, bâtiments, routes et infrastructures de trekking.

Nous avons passé trois mois à faire du trekking au Népal à l’automne 2016 et n’avons eu que très peu d’inconvénients suite au tremblement de terre. Certains signes de la dévastation demeurent, mais la plupart des sentiers ont été entièrement réparés. Les logements demeuraient sûrs et abondants, surtout le long des routes populaires.

NOURRITURE

Les options de nourriture dans les maisons de thé sont généralement simples mais suffisantes. Les menus sont à peu près les mêmes dans la plupart des maisons de thé avec le copieux et délicieux dhal bhat comme aliment de base omniprésent. Vous trouverez également couramment des momos (boulettes), des pâtes, des plats de riz, des soupes, des pizzas et, dans certains endroits, des steaks de yack et des tartes aux pommes. Un repas chaud maison sera toujours un plaisir à la fin d’une longue journée sur le sentier.

Bien que les menus des maisons de thé soient toujours similaires, vous remarquerez que les prix augmentent à mesure que vous vous éloignez des villes. La plupart des provisions doivent être transportées par des yacks ou des ânes dans des endroits éloignés, ce qui explique l’augmentation des prix. C’est aussi toujours une bonne idée d’emporter des collations pour les randonnées entre les villages et lors de longues journées.

* Note : Si vous envisagez de réserver un voyage à travers une agence de trek, assurez-vous de parler des coûts de la nourriture à l’avance. La plupart des agences vous donneront le choix entre deux options: 1) vous payez un forfait qui couvrira tous les coûts de nourriture tout au long de votre voyage ou 2) vous emportez de l’argent et ne payez que pour les repas que vous prenez. La première option est plus facile parce que vous n’aurez pas à faire de la randonnée en emportant de l’argent et à gérer cet argent tout au long de la journée. La deuxième option peut être beaucoup moins couteuse, car vous ne payerez que pour ce que vous consommerez.

EAU

Il est important d’avoir un équipement de traitement de l’eau avant de partir en randonnée au Népal. L’eau est habituellement facilement accessible, mais vous devrez la purifier d’abord pour plus de sécurité. Les pilules de traitement de l’eau, les stérilisateurs UV et les filtres à eau sont des options classiques. Vous pouvez également acheter de l’eau en bouteille auprès des maisons de thé, mais c’est un comportement éco-hostile qui augmentera considérablement le coût et le gaspillage au cours de votre voyage. Nous avons utilisé un SteriPEN Ultra lors de notre dernier voyage au Népal et nous le recommandons vivement. Il est rapide, facile à utiliser, et nous n’avons pas eu besoin d’ingérer de produits chimiques étranges.

Pendant la randonnée, nous recommandons de transporter au moins 1 à 2 litres d’eau et de faire le plein souvent. Rester hydraté est essentiel lors de randonnées et c’est encore davantage le cas lorsque vous partez en altitude. S’il est facile d’oublier de boire quand il fait frais dehors, il est néanmoins impératif de rester hydraté. Commander des gourdes de thé chaud peut être un excellent moyen de s’assurer que vous avez assez de liquides par temps froid.

ARGENT

Les petits villages qui bordent les routes n’ont pas de distributeurs automatiques et les maisons de thé acceptent rarement les cartes de crédit. Vous devez donc vous assurer d’emporter beaucoup de liquide pour votre trek. À l’automne 2016, nous avons prévu environ 25 € par personne et par jour pour la nourriture et l’hébergement lors de nos randonnées. Dans les régions de l’Annapurna et du Manaslu, ce budget couvrait nos dépenses quotidiennes, et certains extra. Nous avions souvent un peu de liquide supplémentaire pour des petits extras comme des douches chaudes, de la bière et des encas. Dans la région de l’Everest, nos 25 € par jour ne nous ont pas permis les mêmes extras mais nous avons quand même pu acheter des friandises occasionnellement.

En général, il est toujours judicieux de transporter plus de liquide sur la piste que vous ne le pensez. Les articles de luxe comme le chocolat, le thé, la bière, le wifi et les douches chaudes sont tous très bons pour le moral, mais les coûts s’additionnent. Vous pouvez également acheter de petits cadeaux, remplacer de l’équipement cassé ou louer un moyen de transport si vos plans de voyage changent.

Il est également important de prendre en compte les coûts de rechargement de vos appareils électroniques. Certaines maisons de thé vous permettent de recharger vos batteries gratuitement, mais la plupart appliquent des frais supplémentaires. De façon habituelle, vous pouvez obtenir une recharge totale de votre batterie pour 1,4 à 4 €, mais dans les régions éloignées, cela peut coûter plus cher.

La plupart des maisons de thé offrent des douches chaudes moyennant des frais, habituellement autour de 2,5 à 4 € par douche. Les douches seront de qualité variable, allant d’un seau d’eau chaude à la douche dédiée, plutôt rare. Nous avons constaté que cela ne valait pas souvent le coût de payer pour une douche médiocre et nous recommandons donc d’apporter des lingettes humides pour un nettoyage rapide.

* Remarque : Namche Bazaar dans la région de l’Everest possède effectivement un distributeur de billets, mais celui-ci peut être défaillant. Nous recommandons donc de ne pas compter dessus.

TRANSPORTS

La plupart des visiteurs atterrissent à l’aéroport international de Tribhuvan (KTM) à Katmandou, la capitale du Népal. Katmandou est une base idéale pour faire du tourisme, planifier un trek, ou faire des préparatifs de randonnée de dernière minute.

En général, le transport au Népal est très lent. Les longs trajets en bus, les vols annulés et les retards inattendus font malheureusement partie de la norme. Alors assurez-vous de vous donner quelques jours de plus lors de la planification de votre voyage et avant d’embrasser l’aventure.

Les randonnées les plus populaires partent directement de Katmandou ou Pokhara, la deuxième plus grande ville du Népal. Certaines randonnées sont accessibles par avion, mais beaucoup nécessitent un long trajet en bus ou en jeep jusqu’au point de départ. Selon votre destination, il y aura généralement plusieurs options différentes pour y arriver. Le transport local tend à être moins cher, mais les options «touristiques» seront souvent beaucoup plus confortables.

PERMIS

Si vous organisez un voyage par l’intermédiaire d’une compagnie de trekking, ils s’occuperont de la logistique pour vous. Si vous choisissez de faire du trek de façon indépendante, vous devrez obtenir les permis appropriés et payer les frais de parc / de conservation avant votre randonnée.

Chaque trekker au Népal a besoin d’une carte TIMS (Trekking Information Management System), qui coûte environ 16 €. Vous pouvez obtenir votre carte TIMS et payer vos frais de parc aux bureaux de l’Office du tourisme du Népal à Katmandou ou Pokhara avant votre randonnée.

Il est également probable que vous devrez payer des frais de conservation ou des frais d’entrée dans les parcs nationaux. Ceux-ci peuvent être obtenus à l’avance et coûtent généralement entre 16 € et 25 €, selon l’endroit où vous allez faire de la randonnée. Vous pouvez payer certains frais d’entrée dans les parcs sur le chemin lui-même, mais nous avons trouvé beaucoup plus facile de prendre soin de tout cela à l’avance.

MISE A JOUR – 18 DÉCEMBRE 2018

Il y a eu quelques changements quant aux exigences liées aux cartes TIMS pour la région de Khumbu (Everest). Il n’est plus nécessaire d’obtenir une carte TIMS pour cette zone. Au lieu de cela, les autorités perçoivent un pass Khumbu, qui coûte 16 € par personne. On ne sait pas combien de temps ce changement restera en place, car de nombreuses personnes dans les agences de voyages sont mécontentes de ce système. Nous recommandons toujours de vérifier les exigences les plus récentes avant de commencer votre randonnée.

PERMIS – ZONES RÉSERVÉES

Il y a plusieurs zones réservées au Népal qui nécessitent des permis de trekking spéciaux. Si vous vous rendez dans l’une de ces régions, vous devrez obtenir un permis auprès d’une agence de trekking agréée et voyager avec un guide. En mars 2017, les zones suivantes nécessitaient des permis de zone réglementée: Manaslu, Nar-Phu, la vallée de Tsum, Haut-Mustang, Dolpo, Kanchenjunga et Humla.

TÉLÉPHONE ET INTERNET

Pour le meilleur ou pour le pire, il devient de plus en plus facile de rester connecté lors d’une randonnée au Népal. Le long des routes les plus populaires, certaines maisons de thé vendent un accès Internet et vous pourrez même obtenir une ligne téléphonique en utilisant une carte SIM locale. Ne comptez pas sur une connexion constante. Le service est, au mieux, peu fiable.

Si vous achetez une carte SIM locale à Katmandou, vous avez le choix entre deux opérateurs principaux: Ncell et Nepal Telecom. À l’automne 2016, il y avait peu de couverture (lorsqu’il y en avait) dans les régions éloignées, comme Manaslu, Tsum Valley ou Dolpo. Dans la région de l’Annapurna, les cartes SIM de Nepal Telecom semblent fonctionner, tandis que dans la région de l’Everest, NCell était un meilleur pari. Nous étions loin d’être impressionnés par la connectivité téléphonique sur le sentier, mais faisons le pari que la couverture s’améliorera dans les années à venir.

Internet peut être disponible dans certaines maisons de thé le long de votre trek, bien que la vitesse et les fonctionnalités soient très variables. Dans la région de l’Everest, vous trouverez des cartes wifi prépayées (environ 2,5 € pour 800 Mo) qui fonctionnent bien mais sont rapidement épuisées. En revanche, sur le circuit de l’Annapurna, vous pouvez payer une redevance de 2,5 à 4 € pour l’accès Internet, mais les connexions peuvent être très lentes (pour peu qu’elles fonctionnent).

INFORMATION SUR LE VISA

Pour entrer au Népal, vous devrez obtenir un visa touristique. La plupart des gens obtiennent un visa à l’arrivée à l’aéroport international de Tribhuvan à Katmandou. Vous pouvez également le demander à l’avance dans une ambassade népalaise si vous voyagez par voie terrestre depuis l’Inde.

Vous pouvez choisir un visa de 15 jours (22€), un visa de 30 jours (35€) ou un visa de 90 jours (88€). Il y a des distributeurs de visas électroniques à l’aéroport international et du personnel pour vous aider avec les formulaires à remplir. Nous avons demandé un visa de 90 jours à l’arrivée et avons trouvé le processus d’obtention étonnamment rapide et efficace.

Veuillez vérifier les réglementations actuelles en matière de visa pour obtenir des informations à jour car ces politiques peuvent changer et ce site web ne constitue pas une source officielle d’informations sur les visas au Népal.

TREKKING RESPONSABLE ET CONSIDÉRATIONS CULTURELLES

  • La règle numéro un en matière de préservation des randonnées pédestres est « Leave No Trace ». Apprenez cette devise et vivez-la.
  • N’achetez pas d’eau en bouteille dans les maisons de thé. Le coût supplémentaire et les déchets n’en valent pas la peine. Au lieu de cela, utilisez des comprimés de traitement, un filtre à eau ou un stérilisateur à UV. Nous avons utilisé le SteriPEN Ultra  et l’avons beaucoup apprécié.
  • Ne jetez pas de déchets. Rangez vos ordures et faites en sorte que le Népal reste beau pour les générations à venir. Si vous voulez vraiment être une superstar, ramassez les déchets que vous trouvez le long du sentier.
  • La déforestation est un réel problème au Népal. Évitez d’utiliser du bois de chauffage. préférez les guesthouses qui utilisent du combustible écologique.
  • Habillez-vous de façon plutôt longue, surtout lorsque vous visitez des villes. Pour les femmes, cela signifie malheureusement pas de shorts ou de chemises qui montrent les épaules.
  • Les démonstrations publiques d’affection sont mal vues au Népal, alors gardez-les pour les moments privés.
  • Marchez à gauche des monuments religieux tels que les murs de Mani, les chortens et les roues de prière. Si vous tournez une roue de prière, tournez-la toujours dans le sens des aiguilles d’une montre.
  • Suivez les règles lors de la visite des temples. Otez les chaussures, n’exposez pas les épaules, couvrez vos jambes, et ne prenez pas de photos à l’intérieur. Veillez aussi à ne pas entrer dans les temples hindous en portant des produits en cuir.
  • Demandez toujours la permission avant de prendre une photo d’une personne. La plupart des gens ne s’en soucieront pas, mais s’ils ne le souhaitent pas, respectez leurs souhaits.

J’espère que vous avez trouvé ce guide utile pour préparer votre voyage au Népal. Nous sommes vraiment tombés amoureux du Népal et nous savons que ce sera bientôt votre cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *