• Menu
  • Menu

Comprendre les indices d’imperméabilité des équipements de randonnée

Il n’est pas toujours facile de choisir un vêtement de pluie pour la randonnée. On se demande toujours s’il sera assez imperméable pour supporter la pluie fine ou une grande averse. Saviez-vous qu’un indice, exprimé en Schmerber, donnait justement une indication scientifique et claire sur la notion d’imperméabilité des équipements de randonnée ? En comprenant les tests effectués sur chaque équipement, vous pourrez choisir les vêtements dont vous avez besoin en fonction de votre pratique. Retour donc sur la notion d’imperméabilité et sa matérialisation dans l’équipement de randonnée !

Quelques notions d’imperméabilité

Avant même de nous concentrer sur la manière d’imperméabiliser les équipements pour la randonnée, il est nécessaire de comprendre ce que l’on entend par « imperméable ».

Définition de l’imperméabilité

Selon le dictionnaire Larousse, un objet imperméable est « par nature ou par traitement non perméable, il ne se laisse pas pénétrer ou imprégner par l’eau ou par un fluide ». La notion d’imperméabilité est donc très importante dans le cadre de la randonnée puisque votre tente ou votre blouson doivent être imperméables. Sans cette spécificité, vous ne pourriez pas arriver au bout de votre randonnée s’il se met à pleuvoir. Grâce à cette définition, on comprend que l’on peut rendre imperméable un textile qui ne le serait pas par nature.

La recherche de l’imperméabilité du vêtement

Lorsqu’un vêtement n’est pas imperméable par nature, les fabricants ont deux solutions pour le rendre imperméable par traitement :

  • Par enduction : l’enduction vise à mettre un « enduit » (d’où le nom) sur le textile. Généralement, cet enduit se compose d’huile ou de graisse qui vient remplir les pores du textile, empêchant alors l’eau de s’immiscer. Cette méthode a deux points faibles : l’imperméabilisation est imparfaite et ne dure que quelques semaines.
  • Par application d’une membrane : Plus efficace, cette solution s’appelle aussi la membrane hydrophile car elle laisse s’échapper la transpiration. À la fois respirante et imperméable, la membrane est donc plus polyvalente mais aussi plus chère que l’enduction.

L’indice d’imperméabilité : le test de la colonne d’eau

C’est le test effectué par les différents fabricants de tissus imperméables afin de donner une valeur d’imperméabilité exprimée en Schmerber. Dans les faits, le vêtement subit, pendant le test, la pression hydrostatique d’une colonne d’eau. Le test s’arrête lorsque l’eau commence à pénétrer le vêtement. Dans ces cas-là, on mesure alors la hauteur d’eau qu’il a réussi à supporter. Cette valeur, qualifiée en millimètres de colonne d’eau, exprime alors le degré d’imperméabilité du tissu. La norme ISO811 nous dit justement qu’un vêtement est considéré comme très imperméable s’il supporte une colonne de 10.000 millimètres et totalement imperméable dès 20.000 millimètres. Notez qu’un millimètre de colonne d’eau équivaut à 1 Schmerber.

 

 

Figure 1 : Les vêtements dont l’imperméabilité est comprise entre 10.000 et 20.000 Schmerber sont excellents pour la randonnée

Le second test d’imperméabilité : la douche

Le test de la colonne d’eau possède un talon d’Achille : il ne permet pas de tester la totalité de la surface externe du vêtement. Le test de la douche, par contre, résout ce souci du premier test. Il consiste simplement en la mise en place du vêtement sous une douche qui simule une pluie. L’intérêt de ce test de la douche est que l’on peut simuler les pluies fines, moyennes et les fortes averses. Grâce à lui, chaque partie du vêtement est testée, coutures et zips compris. Dans la description technique des produits, le type de test effectué doit apparaitre. Cela vous permet de savoir si c’est une partie précise du vêtement qui a servi de base pour le test ou bien si la totalité de celui-ci a été testée.

Savoir vérifier l’indice Schmerber sur l’équipement de randonnée

En magasin ou sur internet, il est possible de vérifier le degré d’imperméabilité des vêtements de pluie ou de votre tente avant de l’acheter ! Exprimée en Schmerber ou en mm d’eau, cette donnée sera la plus importante si vous comptez découvrir des climats humides ou faire des randonnées en hiver.

L’imperméabilité des vêtements

Généralement, un vêtement qui est présenté comme étant résistant à 1000 mm d’eau, ou 1000 Schmerber, vous permettra de rester au sec pendant une heure et sous une averse forte. Cette donnée est une moyenne et doit être prise avec le recul nécessaire. Néanmoins, elle suffit à se rendre compte qu’un tel vêtement ne sera absolument pas suffisant pour une randonnée à la journée. Nous avons tous le souvenir d’une journée de marche entièrement passée sous la pluie ! Pour cela, il faut alors chercher des vêtements de pluie dont l’imperméabilité proposée sera supérieure ou égale à 10.000 Schmerber. Avec un tel niveau d’imperméabilité, vous restez protégé des intempéries tout en conservant l’aspect respirant de certaines vestes.

Mais comment vérifier ce fameux indice d’imperméabilité lors de l’achat du vêtement ? C’est tout simple, en vérité, il suffit de lire l’étiquette ou la description technique du vêtement, dans le cas d’un achat sur internet.

Voyons cela avec un exemple concret : le poncho de randonnée Decathlon propose un indice d’imperméabilité moyen car il a résisté au test de la douche sous 60 litres d’eau /m² / heure. Autrement dit, il ne résistera qu’une demi-journée au mieux et sous une averse modérée avant que l’eau ne pénètre vos vêtements. De l’autre côté, la veste d’alpinisme Simond propose, elle, une résistance au test de la douche sous 200 litres d’eau /m² / heure. Le test de la colonne d’eau lui octroie une imperméabilité supérieure à 30.000 Schmerber ; il a donc fallu une colonne d’eau de 30 mètres de haut pour que le tissu se laisse pénétrer par l’eau ! Avec elle, vous êtes sûr de supporter la neige et les averses extrêmement fortes pendant plusieurs jours.

Le cas des tentes de randonnée

Une tente est imperméabilisée de la même manière que vos vêtements de pluie : soit par enduction, soit par l’ajout de membranes. Une tente n’est jamais étanche, ce qui signifie qu’elle peut être percée par la pluie au bout d’un certain nombre d’heures après être restée sous une averse forte. Comme pour une veste de pluie ou un poncho, plus l’indice Schmerber sera élevé et plus votre tente sera imperméable.

Alors que les bases de l’imperméabilité sont les mêmes entre une tente et une veste de pluie, l’indice de ces deux produits sera sensiblement différent. Bien que cela puisse étonner, celui de la tente sera bien plus bas que pour la veste. Pourquoi donc ? Pour comprendre ce phénomène, il nous faut comprendre que la pluie, quand elle tombe en France, équivaut en moyenne à 1500 Schmerber. Autrement dit, les gouttes de pluie ont un poids qui équivaut à une pression de 1500 Schmerber en tombant, soit 0,15 bar. Cette pression reste constante lorsque la pluie tombe sur un objet fixe mais elle varie quand elle tombe sur un objet en mouvement, comme par exemple une personne en train de marcher. C’est pour cette raison que les vestes comportent généralement un indice d’imperméabilité bien plus grand que pour une tente. Pour ces dernières, les meilleurs modèles présentent un indice de 3000 Schmerber environ. La tente MSR Hubba NX, par exemple, considérée comme l’un des meilleurs modèles de tente de randonnée, présente un indice d’imperméabilité de 1500 Schmerber pour la toile de tente et de 3000 Schmerber pour le tapis de sol. La tente Vaude Taurus 2P, un autre standard, présente 3000 Schmerber d’imperméabilité pour le toit et 5000 Schmerber pour le tapis de sol… Nous sommes bien loin des 30.000 Schmerber de la veste de pluie Simond !

Conseils pour choisir l’équipement de randonnée en fonction de l’indice

Mais alors, comment trouver la fameuse veste de pluie pour sa prochaine randonnée ? Je vous dirais que cela dépend de plusieurs facteurs que nous allons voir ensemble et en détails. Voici les critères sur lesquels baser votre choix de l’indice d’imperméabilité d’une tente ou d’un vêtement de pluie :

  • Votre pratique sportive : pour des randonnées peu fréquentes et qui durent moins de 2h, une veste à 3000 Schmerber est largement suffisante. Par contre, des activités comme la randonnée raquettes ou la randonnée sur plusieurs jours vous obligeront à dénicher une veste très protectrice. N’achetez pas à moins de 10.000 Schmerber dans ce cas !
  • La saison/le climat : certaines régions du monde connaissent un grand nombre de jours de pluie par an mais des précipitations faibles quotidiennement. C’est le cas de la Bretagne, des Hauts-de-France ou du Royaume-Uni, entre autres. Pour ces climats humides, une veste légère dotée d’un indice de 5000 Schmerber sera suffisante. Pour les sites où les averses sont plus espacées dans le temps mais bien plus violentes, comme le pourtour de la Méditerranée, vous devrez vous munir d’une veste très protectrice.
  • Le poids : gardez à l’esprit que les vestes ou les tentes très protectrices du point de vue de l’indice d’imperméabilité seront plus lourdes donc plus difficiles à ranger dans le sac à dos.
  • Le budget : alors que l’enduction coûte moins cher que l’application de membranes, le prix des vestes et des tentes peut lui aussi être très variable.

En conclusion

L’équipement de randonnée vous permettant de vous protéger contre la pluie, comme les vestes, les ponchos ou les tentes, n’est jamais imperméable par nature. Cet équipement subit en fait une imperméabilisation par traitement qui peut prendre la forme d’une enduction ou d’une application de membranes. Vous l’aurez compris, mais les différents articles ne proposent donc pas le même degré d’imperméabilité. Pour le chiffrer, deux tests sont effectués : le test de la colonne d’eau et le test de la douche. Le premier est très précis et très utilisé quand le second, plus rare, est plus exhaustif car il teste la totalité de l’article. Exprimé en Schmerber, l’indice d’imperméabilité est visible sur les étiquettes de vente ou le descriptif technique en ligne. Pour choisir l’équipement de randonnée imperméable dont vous avez besoin, plusieurs critères sont à étudier : votre budget, votre pratique sportive, la saison et le poids de l’article. Plus simplement, comptez sur un petit poncho pour les randonnées courtes et rares et sur une veste de pluie à forte imperméabilité pour les grandes randonnées. Prêt à partir sur les sentiers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *