• Menu
  • Menu

Le podomètre de randonnée est-il vraiment utile ? Quelles sont ses alternatives ?

Très utilisé pour faire son jogging du dimanche, le podomètre est aussi employé par certains randonneurs afin de savoir combien de kilomètres ils viennent de faire. Mais est-ce bien utile ? Alors que la précision varie énormément entre les différents modèles, peut-on vraiment s’y fier ? Autant de questions qui nous poussent à nous pencher sur l’utilité même du podomètre en randonnée et sur ses éventuelles alternatives. Prêt à tout connaître sur le podomètre ?

Le podomètre : c’est quoi ?

La racine du mot podomètre vient de deux mots distincts. Le premier « podos » qui signifie les pas et le second « mètre » qui peut être traduit par mesure. Plus simplement, le podomètre est un appareil portatif qui mesure les pas que fait son porteur. Le fonctionnement de cet appareil n’est pas uniforme. Certains sont mécaniques quand d’autres sont électroniques. Dans les faits, un podomètre est capable de traduire le nombre de pas en mètres ou en kilomètres parcourus. De nos jours, ils peuvent se glisser dans la poche, sous la forme d’un boitier portatif ou se glisser autour du poignet tout en étant connectés.

Figure 1 : exemple de podomètre qui vient se mettre sur une ceinture ou un pantalon

Les podomètres classiques à oscillation

Vous connaissez certainement le principe du pendule ? Mais si, vous savez, c’est cet appareil muni d’une flèche verticale qui n’arrête pas de balancer de manière constante, sur fond d’un « TIC TAC » constant ! Eh bien, la plupart des podomètres sont conçus avec ce système à l’intérieur. En fait, le rythme du pendule se calque directement sur votre rythme de marche, se balançant à chacun de vos pas. C’est cette particularité qui lui donne son nom de podomètre à oscillation ! Connu dès l’Antiquité, ce principe mécanique basique éprouve pourtant quelques difficultés lorsqu’il s’agit d’être précis, mais nous verrons cela un peu plus tard.

Les podomètres de précision : les accéléromètres

L’accéléromètre est un podomètre très différent des modèles à oscillation. Alors que ce dernier est mécanique, l’accéléromètre est lui électronique. Lors de sa première utilisation, il nécessite un calibrage de votre part. Vous devrez indiquer la distance moyenne de l’un de vos pas afin que l’accéléromètre traduise le nombre de pas en distance totale parcourue. Mais pourquoi l’appelle-t-on accéléromètre ? C’est tout simple, en vérité. Cet appareil électronique a la capacité de déduire votre vitesse de marche et de deviner les moments pendant lesquels vous accélérez ou décélérez. Il ajuste la distance de pas de départ en fonction de votre rythme, vous donnant une distance totale parcourue normalement plus précise qu’un podomètre mécanique, qui lui reste constant.

L’utilité du podomètre en randonnée

Désormais, nous allons tenter de voir quels sont les avantages et les inconvénients d’utiliser un podomètre en randonnée. Alors qu’il est indéniablement utile en contexte de course à pied, il peut sembler inutile ou encombrant pour partir sur un GR. Tour d’horizon de ce problème épineux !

Ses avantages

Le fait de pouvoir savoir à tout moment la distance approximative parcourue peut être un avantage intéressant dans de nombreux contextes :

  • Si vous souhaitez connaître votre vitesse moyenne : à tout moment, le fait de connaitre la distance parcourue vous aide à calculer votre vitesse moyenne sur chaque tronçon d’un parcours. Ce système est intéressant pour les personnes à la recherche d’un entrainement suivi et spécifique, comme pour le trail.
  • Pour savoir là où vous êtes sur un parcours : si vous saviez combien de kilomètres vous deviez faire au départ, il vous suffit de soustraire le nombre de kilomètres parcourus selon le podomètre pour savoir ce qu’il vous reste à faire.
  • Pour connaître vos capacités en fast hiking : les changements de rythme et de topographie en fast hiking peuvent être difficiles à calculer à la main ou sur une carte. Le podomètre avec accéléromètre peut alors être une vraie solution pour suivre cette grande diversité.
  • Pour connaître la distance parcourue sur terrain plat : c’est le principe de base du podomètre avec oscillation. Sur les chemins de hallage ou en plaine, il vous aidera à savoir combien de kilomètres vous avez parcourus lors de votre balade familiale !

Ses inconvénients

Alors bien sûr, si le podomètre était la solution à tous vos problèmes, tous les randonneurs en emmèneraient avec eux ! Mais ce n’est pas le cas loin de là puisque de nombreux inconvénients sont aussi à souligner avec ces appareils de mesure :

  • Ils manquent souvent de précision : à vrai dire, aucun podomètre au monde n’est capable de vous donner votre distance parcourue au mètre près ! Les podomètres à oscillation ont un souci majeur, par exemple : ils comptent parfois des pas fictifs et oublient de compter certains pas. Plus précisément, ils comptabilisent un mouvement de côté ou le fait de se baisser comme un pas car une oscillation est générée à cet instant précis. Il n’est donc pas fiable du tout pour un trajet à fort dénivelé. L’accéléromètre, lui, a souvent du mal à traduire précisément votre vitesse de marche, ce qui conduit inexorablement à d’importants écarts à la fin de la journée.
  • Ils peuvent avoir besoin d’une source d’énergie : c’est le cas des accéléromètres qui ont besoin d’électricité pour fonctionner. Les podomètres sur montres connectées ont ainsi une autonomie comprise entre 12h et 36h pour les meilleurs modèles. Or, nous savons tous que nous n’avons pas toujours un accès à l’électricité sur les GR, ce qui peut être un problème.
  • Ils diminuent votre vigilance : plus nous sommes équipés de matériel technique et plus nous avons tendance à perdre en vigilance, c’est normal. Le problème avec cet équipement, c’est que vous allez manquer de vigilance à cause d’un objet peu fiable ! Si vous basez vos changements de direction sur la distance parcourue présentée par le podomètre, vous allez droit à la catastrophe ! Jetez donc un œil à notre article intitulé comprendre et suivre le balisage en randonnée pour ne pas dépendre de la technologie sur ce point si sensible.

Les alternatives crédibles au podomètre en randonnée

Peu fiable en contexte de randonnée, le podomètre ne remplacera donc jamais le GPS de randonnée, comme nous l’avions déjà vu, ou même la bonne vieille préparation de la randonnée en amont. Deux vraies solutions peuvent toutefois être considérées comme des alternatives crédibles au podomètre en randonnée.

Les Smartphones et les applications de sport

Les applications de Smartphones, téléchargeables depuis l’AppStore ou Google Play selon la marque de votre téléphone, sont une vraie solution de secours pour remplacer un podomètre. Généralement, elles ont besoin que vous activiez la position GPS pour arriver à calculer l’itinéraire emprunté et la vitesse moyenne de marche. Ce ne sont donc pas à proprement parler des podomètres, bien que certaines applications vous donnent un nombre approximatif de pas effectués. Plus précis qu’un vrai podomètre, elles vous seront bien plus utiles si vous cherchez à voir quel itinéraire vous avez fait, quelle distance vous avez parcouru et à quelle vitesse vous avez marché.

Les cartes IGN ou numériques

Certains logiciels permettent de connaître la distance parcourue à la dizaine de mètres près. Bien plus fiable que les podomètres, un site tel que Openrunner ou Visorando offrent une qualité exceptionnelle et gratuitement ! Par contre, c’est à vous de tracer votre parcours à l’aide de la souris de l’ordinateur. Ainsi, vous saurez exactement le nombre de kilomètres parcourus. Le bémol est qu’il faudra avoir une bonne mémoire pour retranscrire le parcours de tête ! Si vous êtes bon en calcul, vous pouvez également savoir la distance parcourue grâce aux cartes IGN au format papier numérique. Notez qu’IGN a mis en ligne un système de calcul d’itinéraire sur le même principe que Visorando et Openrunner.

En conclusion

Le podomètre, qui est un outil de mesure des pas effectués par une personne en train de marcher, fonctionne soit par oscillation soit sous la forme d’un accéléromètre. Très intéressant pour les surfaces planes et les rythmes réguliers, ce système de mesure est pourtant inadapté aux randonnées avec un minimum de dénivelé. Alors même que le rythme d’un randonneur décline à cause de la fatigue, de la pente et du poids du sac à dos, il est facile de comprendre les limites du podomètre en randonnée. Peu précis, inadaptés au contexte si particulier de la marche en pleine nature et nécessitant parfois une source d’alimentation électrique, il peut être remplacé par plusieurs alternatives. Si vous tenez à tout prix à connaître la distance que vous parcourez et votre vitesse moyenne de marche, rien ne remplace les logiciels de calcul d’itinéraire ou le calcul effectué par vos soins et directement à l’aide d’une carte. Autre solution : le Smartphone aidé par une application podomètre qui se révèle étonnamment plus fiable qu’un véritable podomètre ! Dans tous les cas, retenez que la préparation de votre randonnée en amont reste le meilleur moyen de connaître à la fois la distance que vous parcourrez et la vitesse à laquelle vous irez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *